Brexit: «Suggérez un job à Cameron», un lynchage en bonne et due forme sur le Web

WEB Quelques heures après les résultats officiels du référendum au Royaume-Uni, David Cameron a annoncé qu’il démissionnerait en octobre prochain…

H.S.

— 

David Cameron à Londres le 8 mai 2015.
David Cameron à Londres le 8 mai 2015. — DDAA/ZOB/WENN.COM/SIPA

« Dave devrait se reconvertir en conseiller conjugal puisqu’il est si doué pour détruire les unions ». Le ton est donné. Depuis l’annonce ce vendredi matin, des résultats du référendum en faveur du retrait ou du maintien du Royaume-Uni dans l’Union Européenne, les commentaires et réactions pleuvent sur Twitter. David Cameron, lors d’une courte allocution, a annoncé qu’il comptait quitter ses fonctions de Premier ministre en octobre prochain.

>> Suivez l'évolution de la journée en direct après le vote du Brexit

Reclassements et retrogradations

Réélu à la tête du pays en mai 2015, notamment en promettant à ses électeurs l’organisation de ce référendum, le chef du parti conservateur est tenu comme responsable de la sortie du Royaume-Uni de l’UE. A l’annonce de sa future démission, les internautes ont lancé sur Twitter le mot-clé « Suggère un emploi à David Cameron » (#SuggestAJobForCameron). Et les résultats ne sont pas tendres. Oscillant entre bons mots et humour grinçant, les Anglais ont visiblement très envie de rétrograder leur chef de l’Etat.

Le « conseiller conjugal » :

« Poissonnier » :

« Chargé de l’entretien des toilettes »

« Stagiaire chez McDonald’s » :

Retour en force du #piggate

Mais la réponse la plus récurrente et probablement la plus cruelle - « éleveur de porcs » - fait référence à l’un des plus importants scandales visant un chef de gouvernement britannique : le #piggate révélé en en septembre dernier, avec la publication d’une biographie non autorisée de David Cameron, intitulée Call Me Dave (« Appelez-moi Dave ») coécrite par un ancien membre du parti conservateur, Lord Ashcroft, et une ancienne journaliste politique du Sunday Times, Isabel Oakeshott.

Basé sur des centaines d’interviews avec des proches - amis ou ennemis - du Premier ministre britannique, le livre indiquait que le leader conservateur aurait appartenu, lors de sa scolarisation à Oxford, à une « fraternité débauchée », le Piers Gaveston, où étaient pratiqués des « rites étranges et des excès sexuels ». Lors de la cérémonie d’initiation de David Cameron, celui-ci aurait ainsi « mis ses parties intimes dans la gueule d’un cochon mort ». Sur Twitter, les mots-clés #piggate (« scandale du cochon ») et #LordAshcroft avaient connu un franc succès.