Après une remarque sexiste, Google décide de lancer le «Lady Day»

SEXISME Après une remarque sexiste lors de la réunion annuelle des actionnaires de Google, des employées de la firme ont décidé de lancer le « Lady Day »…

P.F.

— 

Les employées de Google ont lancé le «Lady Day» pour protester contre les inégalités hommes/femmes.
Les employées de Google ont lancé le «Lady Day» pour protester contre les inégalités hommes/femmes. — Virginia Mayo/AP/SIPA

« Ma question s’adresse à la demoiselle de la direction financière ». L’actionnaire de Google ayant prononcé cette phrase aurait certainement dû tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler car son intervention n’a que moyennement été appréciée. La demoiselle en question s’appelle Ruth Porat et elle n’a pas pu s’empêcher de remarquer que ce même actionnaire s’était ensuite adressé à un autre dirigeant de la firme en l’appelant directement par son nom, M. Drummond.

>> A lire aussi : Une mamie britannique est tellement polie avec Google que la firme lui répond directement

Ruth Porat a beau être une des dirigeantes les plus influentes de Wall Street, elle a répondu à la question sans sourciller, avant qu’une autre actionnaire présente dans la salle ne vienne rectifier le tir en soulignant qu’elle n’était pas « la demoiselle de la direction financière » mais « la directrice financière » tout court.

Sexisme ordinaire

Sexisme ordinaire ou maladresse ? Les femmes de Google y ont en tout cas vu l’occasion de mettre en lumière les inégalités hommes/femmes qui subsistent dans le monde des nouvelles technologies. En soutien, les employées de Google ont décrété que les 16 et 17 juin serait désormais dans l’entreprise le « Lady Day ».

Une employée a lancé l’idée que toutes les femmes de la firme de Mountain View changent leur signature de mail en y ajoutant devant leur fonction « la demoiselle » (« Lady » en anglais). Près de 800 employés de Google, dont des hommes, dans 20 pays différents ont suivi le mouvement. Un logo a même été lancé au sein de l’entreprise.

Le mouvement a été salué par de nombreux internautes sur les réseaux sociaux. LinkedIn encourage même ses utilisateurs à changer le titre de leur fonction en soutien à l’initiative.

L’inégalité entre les hommes et les femmes et le manque de diversité restent problématiques dans le secteur des nouvelles technologies. 70 % des employés de Google sont des hommes et 60 % sont blancs, et beaucoup d’autres entreprises du secteur ont le même type de statistiques, si ce n’est pire.