Bac: Des candidats des lycées français de l’étranger dénoncent un sujet de physique-chimie trop compliqué

MANSUETUDE 10.000 personnes ont signé une pétition pour demander de revoir le barème de l'épreuve de physique-chimie des centres à l'étranger... 

O. P.-V.

— 

Une candidate au bac le 15 juin 2016 à Strasbourg. 
AFP PHOTO / FREDERICK FLORIN
Une candidate au bac le 15 juin 2016 à Strasbourg. AFP PHOTO / FREDERICK FLORIN — AFP

Classique. Chaque année, des élèves mécontents d’un ou plusieurs énoncés au cours du baccalauréat dénoncent des exercices impossibles. Parfois à juste titre. En 2014, après une pétition, les correcteurs avaient reçu pour consigne d’être clément dans leur notation d’une épreuve de maths.

>> A lire aussi : Bac: Plus de 40.000 lycéens signent une pétition contre l'épreuve de maths

Pour l’édition 2016, l’agacement est venu des lycées français à l’étranger. Les épreuves du bac S sont terminées depuis le 10 juin pour les candidats des centres à l’étranger, et depuis une semaine, le sujet de physique-chimie du 7 juin est pointé du doigt pour sa difficulté.

Une pétition a été lancée sur change.org, très vite signée par plus de 10.000 personnes : « La majorité des étudiants et des professeurs de ces centres trouvent la difficulté de cette épreuve insurmontable […] de par son coté excessivement long à résoudre, mais aussi de par le fait qu’il y a certains points qui n’ont pas été longuement traités en cours par la majorité des élèves », explique le texte de la pétition.

Des notes plus importantes pour la sélection dans les facs étrangères

Les candidats demandent que les notes soient harmonisées et le barème de l’épreuve revu « afin qu’il n’y ait pas de catastrophes ».

Pour voir les sujets, c’est ici pour l’exercice 1, pour le deuxième, et pour le troisième. Ce qui est reproché : des questions trop ouvertes, ou abordant des notions vues très rapidement en cours, certaines remontant même à la classe de Première.

Cette pétition adressée à Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale, a d’autant plus d’importance pour les élèves des lycées français de l’étranger que leurs notes au baccalauréat conditionnent beaucoup plus leur accès à l’enseignement supérieur dans des cursus internationaux que les Terminales qui passent l’épreuve en France. Comme le relève Le Monde, les universités étrangères exigent souvent une note minimale au bac dans la matière liée aux études que le candidat veut suivre ensuite ( 14 en physique-chimie pour faire des études scientifiques au Royaume-Uni par exemple).