Les internautes font ressortir un article parodique prévoyant le viol de Stanford

Viol La ressemblance avec l’affaire actuelle est troublante…

Cyril Castelliti
— 
Brock Turner, un étudiant de l'université de Stanford, condamné à six mois de prison pour une agression sexuelle sur le campus.
Brock Turner, un étudiant de l'université de Stanford, condamné à six mois de prison pour une agression sexuelle sur le campus. — Dan Honda/AP/SIPA

Quand la (triste) réalité rattrape la fiction. Alors que l’affaire du viol de Stanford n’en finit pas de provoquer des réactions, un article parodique évoquant le fait divers refait surface. Partagé en masse par les internautes, le reportage décrit un étudiant modèle qui tente de se refaire une réputation après avoir violé une jeune fille. À l’instar de Brock Turner, le véritable auteur du viol, le bourreau tente de se faire passer pour la victime.



Six mois de prison pour avoir violé une fille et abandonné son corps inconscient  à côté d'une benne à ordures. Un verdict insupportable pour de nombreux internautes qui ont lancé plusieurs pétitions pour condamner ce jugement. Si l’affaire n’a rien de drôle, le journal parodique The Onion avait produit un article, évoquant un sujet similaire, en 2011. On y voit les turpitudes d’un certain Jacob Rose, une star de l’équipe de basket de son lycée, tentant de remonter la pente après un viol dont il est pourtant l’auteur.

Le reportage a beau décrire une situation absurde, la ressemblance avec les arguments de Brock Turner est déconcertante. Décrit comme tourmenté et dépressif par son père, le véritable auteur du viol base en effet sa défense sur son existence gâchée. « Sa vie ne sera jamais celle dont il a rêvé et pour laquelle il s’est battu. C’est déjà cher payé pour vingt minutes d’action. » explique son père en réponse à une lettre écrite par la victime. Dans le reportage parodique, on y voit également un jeune homme abattu, qui tente « d’oublier » cette affaire pour reprendre une vie normale. Tourné vers l’avenir, le personnage fictif tente de se relever après ce qui est décrit comme « un traumatisme ». « Les gens me voient comme un violeur, mais je suis avant tout un joueur de basket » explique-t-il. Une parodie qui n’a pas manqué de faire réagir des internautes choqués par autant de similitudes.