Bac: A deux semaines de l'examen, les lycéens crient leur désespoir sur les réseaux sociaux

IL ÉTAIT TEMPS A moins de deux semaines de la redoutée épreuve de philosophie, les lycéens s’inquiètent de voir la date fatidique approcher à grands pas…

Ca.P.
— 
Une élève de terminale révise son bac.
Une élève de terminale révise son bac. — KONRAD K./SIPA

Tic-tac... tic-tac… Lycéen, entends-tu le doux bruit des épreuves du bac approcher à grands pas ? A moins de deux semaines de la sacro-sainte dissertation de philosophie (le 17 juin pour ceux qui l’auraient oublié), la politique de l’autruche devient de plus en plus difficile à tenir. Et sur Twitter, nombre de candidats s’inquiètent de voir la date fatidique arriver alors que leurs révisions sont au point mort…


On ne le répétera jamais assez, le baccalauréat se prépare tout au long de l’année. Ça, c’est pour la théorie. Dans la pratique, nombre de lycéens commencent à ouvrir leurs cours (au mieux) quelques semaines avant les épreuves.


Les candidats au bac se divisent en deux catégories, ceux qui acceptent la fatalité et ceux qui se cherchent de bonnes excuses.


Certains vont même jusqu’à s’inquiéter subitement pour la dette de la France… Quelle générosité !


S’ils mettaient la même énergie à se trouver de bonnes excuses qu’à réviser, aucun doute qu’ils obtiendraient tous la mention « Très bien ».