Fête des mères: Le festival de la pub sexiste est ouvert

ANALYSE DE PUB Eléonore Stévenin-Morguet commente les meilleures pubs sexistes au nom d’Osez le féminisme...

N.Beu.

— 

Publicité Darty publiée sur le compte Twitter de Causette, le 4 mai 2016
Publicité Darty publiée sur le compte Twitter de Causette, le 4 mai 2016 — CAUSETTE / TWITTER

Le marteau pour papa, l’aspirateur pour maman. Chaque année, quand vient la fête des pères ou la fête des mères, les magasins rivalisent de publicités, de promotions et de cadeaux plus ou moins sexistes. Et chaque année, les mêmes voix se font entendre pour espérer un véritablement changement, enfin, dans les stratégies marketing des grandes enseignes. On peut déjà vous l’annoncer : pour 2016, c’est loupé. Pour le prouver, 20 Minutes vous a préparé un petit florilège des meilleures (ou des pires, c’est selon) publicités sexistes de ce mois de mai, et a demandé à Eléonore Stévenin-Morguet de les commenter au nom d’Osez le féminisme.

« La femme est encore une fois ramenée à la cuisine. Les magasins continuent de nourrir les stéréotypes, alors même que les femmes disent, selon un sondage réalisé l’année dernière, qu’elles ne veulent pas d’électroménager pour la fête des mères ; le cadeau qu’elles redoutent le plus, c’est d’ailleurs le fer à repasser ! »

Pour faire plaisir a toutes les mamans ❤❤❤

Publié par Pierre Trgrs sur lundi 16 mai 2016

« Même chose avec ces pubs-là. Mention spéciale Super U, qui propose "démonstration et dégustation", pour prendre les femmes par la main. L’autre point commun de ces affiches, c’est l’utilisation de la couleur rose, voire du cœur rose. C’est bien connu, le rose est la couleur des filles… Toutes les femmes aiment le rose. »

« Le message, ici, c’est : toutes les femmes sont de futures mamans. Il y a une double injonction faite aux femmes, qui doivent être mères mais aussi belles. »

Bon, maintenant que vous savez quoi offrir, vous avez intérêt à tenir votre langue. On ne s'est quand même pas donné autant de mal pour que vous gâchiez tout : po.st/atkjk9

Publié par Burger King France sur lundi 23 mai 2016

« On retrouve la couleur rose. Mais il y a plus que cela : on en vient à distinguer ce que mangent les hommes et les femmes, comme on distingue les menus enfants et les menus adultes. Pire : dans cette "Queen Box", Burger King a mis un diadème, ce qui est sexiste mais aussi très infantilisant. Heureusement, le Coca n’a pas l’air d’être light par défaut… »