«J'ai envie de te faire une Baupin»: L'hallucinante remarque d'un élu à une élue

TEMOIGNAGE Le soir-même de la révélation de l'affaire Baupin, des élus se sont permis de faire des remarques sexistes à une jeune élue Les Républicains, dans les Yvelines, qui raconte l'histoire sur les réseaux sociaux...

M.P.

— 

Aurore Bergé, pour le livre féministe "Alter-Egales"
Aurore Bergé, pour le livre féministe "Alter-Egales" — D.R.

Des réactions outrées d’élus, un collectif qui demande la fin de l’impunité des hommes qui harcèlent dans le monde politique, une pétition qui réclame la levée de l’omerta en la matière… Ce sont les premières conséquences de l’affaire Denis Baupin, accusé par des militantes et élues EELV de harcèlement, voire d’agressions sexuelles.

Et malgré tout, il reste des scènes hallucinantes dans cette sphère politique, ainsi que le raconte Aurore Bergé, élue Les Républicains des Yvelines. Choquée, elle a finalement partagé son témoignage sur les réseaux sociaux tard lundi soir avec ce commentaire : « Ce soir. Scène de la vie politique (encore trop) ordinaire. Ils ne changeront que si l’on parle. »

Elle explique que lundi soir, après les révélations sur Denis Baupin, elle a participé à une réunion de l’agglomération de Magny-les-Hameaux (Yvelines) où elle est accueillie par un très classe : « Quand je te vois, j’ai envie de te faire une Baupin. » Et un autre d’ajouter d’un non moins classe : « Quand on voit Aurore, on a le bâton de Berger. »

« C’est gras, c’est vulgaire, c’est pathétique », commente la jeune élue, trentenaire, qui explique toutefois se trouver désemparée, malgré sa colère.

>> A lire aussi : Pierre Lellouche préfère ne pas «commenter les histoires de bonnes femmes»

Elle explique l’engrenage qui pousse les victimes de sexisme et de harcèlement à ne pas réagir. « Mais quand ça t’arrive, tu ne sais pas comment réagir. Tu es sidérée, bloquée. Tu lui fous une claque ? Tout le monde te regarderait. Tu ne ris pas ? Tu n’es décidément pas faite pour faire de la politique. Tu te dis que tu n’aurais pas dû porter ce chemisier, instinctivement, tu te couvres comme si c’était toi la coupable. »

Sur Twitter, Aurore Bergé a reçu le soutien de beaucoup d’internautes. Invitée de RMC ce mardi matin, l’élue Les Républicains a commenté :