Etats-Unis: Une élève voilée rebaptisée avec l'acronyme de Daesh dans l'annuaire de son lycée

BOULETTE Une élève américaine portant le voile a été nommée à tort «Isis», l'acronyme anglais de l'organisation Etat Islamique, dans l'annuaire d'un lycée californien...

L.C.

— 

Bayan Zehlif rebaptisée Isis, dans l'annuaire des élèves du lycée Los Osos (Etats-Unis).
Bayan Zehlif rebaptisée Isis, dans l'annuaire des élèves du lycée Los Osos (Etats-Unis). — Bayan Zehlif via Twitter

Véritable tradition aux Etats-Unis, le livre de l’année (yearbook en VO), annuaire qui compile les portraits des élèves, est en général un recueil de doux souvenirs scolaires. Celui du lycée Los Osos en Californie a cette année un goût amer, surtout pour l’une des lycéennes. Une jeune femme a vu son portrait légendé du nom Isis Phillips. Problème : elle s’appelle en réalité Bayan Zehlif. De confession musulmane et arborant un voile sur la photo du livre, elle est choquée d’avoir été rebaptisée de l’acronyme anglais de l’organisation djihadiste Etat islamique, Isis (pour Islamic State of Irak and Syria).

Une « faute de frappe » ?

« Je suis extrêmement attristée, dégoûtée, blessée et embarrassée que l’annuaire du lycée Los Osos puisse s’en tirer comme ça », a déploré Bayan Zehlif sur sa page Facebook samedi. « Apparemment je suis « Isis » dans l’annuaire des élèves. L’établissement m’a contactée et a eu l’audace de dire qu’il s’agissait d’une faute de frappe. Je ne suis pas d’accord, soyons honnêtes ». Son message, également publiée sur son compte Twitter, a été partagé au total par plus de 7.000 internautes.

I am extremely saddened, disgusted, hurt and embarrassed that the Los Osos High School yearbook was able to get away...

Publié par Bayan Zehlif sur vendredi 6 mai 2016

Le lycée a réagi dimanche. La principale Susan Petrocelli a présenté ses « sincères excuses » sur Twitter, expliquant que l’établissement fait tout pour que cette « regrettable coquille » soit « corrigée et élucidée ».

Les étudiants corrigent le livre sur les réseaux sociaux

Ce message plutôt laconique ainsi que l’argument de « la faute de frappe » a fait réagir les internautes. « Baysn est une faute de frappe, Batan est une faute de frappe, même Batman peut passer pour une faute de frappe. ISIS N’EST PAS UNE FAUTE DE FRAPPE », s’est indignée Mariwana sur Twitter.

Nombre d’entre eux ont également exprimé leur soutien à la jeune femme.

Certains internautes ont décidé de rectifier la faute, à coup de stylo ou de marqueur, avant de poster leur version corrigée du livre du lycée sur les réseaux sociaux. « C’est mieux comme ça », commente un utilisateur de Snapchat.

L’affaire à la une des médias

L’affaire a pris de l’ampleur aux Etats-Unis, où la campagne des primaires pour la présidentielle a été marquée par les déclarations anti-musulmans du candidat républicain Donald Trump. L’histoire de Bayan Zehlif a été relayée par de nombreux médias nationaux.

La principale du lycée a confirmé au site Islamic Monthly qu’une élève nommé Isis Phillips avait fréquenté l’établissement avant de le quitter, mais que son nom figurait encore dans les registres.

La branche locale du Council on American – Islamic Relations, une organisation de défense des droits des musulmans, a fait savoir samedi que ses avocats allaient se saisir du dossier. « Aucun étudiant ne devrait subir l’humiliation d’être associé à un groupe aussi condamnable que l’Etat islamique », a déclaré le directeur de l’association qui s’est également dit préoccupé par les dommages psychologiques causés par cet incident.

L’équipe de l’annuaire du lycée, composée d’élèves, a également présenté des excuses sur les réseaux sociaux.

Mais tous les membres ne sont pas de cet avis. L’un d’entre eux, Trevor Santellan, a déclaré au New York Daily News qu’il trouvait la réaction de Bayan Zehlif « disproportionnée » et que sur un campus de 3.200 élèves, il pouvait y avoir des « imperfections ».

A ce jour, 287 exemplaires de l’annuaire ont été distribués aux lycéens, au nombre de 3.000. Le livre de l’année a été retiré de la vente depuis la découverte de cette erreur. On ignore s’il sera réimprimé, sans cette faute très embarrassante.