#NeverTrump: Des républicains affichent leur rejet de Donald Trump sur les réseaux sociaux

ETATS-UNIS Le milliardaire a beau être en tête dans la course à la primaire républicaine aux Etats-Unis, il divise profondément le camp des conservateurs...

L.C.

— 

Donald Trump, en lice pour l'investiture républicaine, le 2 mai 2016 à South Bend dans l'Indiana (Etats-Unis).
Donald Trump, en lice pour l'investiture républicaine, le 2 mai 2016 à South Bend dans l'Indiana (Etats-Unis). — Charles Rex Arbogast/AP/SIPA

Un sacré revers pour les rivaux de Donald Trump dans la course à l’investiture républicaine. Pour contrer le milliardaire, John Kasich et Ted Cruz avaient pourtant uni leurs forces dans l’Etat de l’Indiana, où le candidat en tête de la primaire était assuré d’emporter la totalité des 57 délégués en jeu. Mais ce barrage anti-Trump a échoué : L’homme à la mèche a remporté mardi la primaire dans l’Indiana et Ted Cruz a ensuite annoncé qu’il jetait l’éponge.

>> A lire aussi : Avec l'abandon de Cruz, Trump est le «candidat présumé» du parti républicain

Le mot-dièse #NeverTrump

Après ce nouvel abandon, plus d’un mois après celui de Marco Rubio, la presse américaine a titré sur l’investiture probable de Donald Trump en juillet. Mais le candidat est loin de faire l’unanimité au sein du parti républicain, profondément divisé. De nombreux militants conservateurs ont annoncé dès mardi sur les réseaux sociaux qu’ils allaient quitter le Grand Old Party (GOP, le surnom du parti républicain). Sur Twitter, le mot-dièse de leur mouvement est  #NeverTrump (« Jamais Trump »). Ainsi, @breexnichole écrit : « je dois vraiment me désinscrire du parti républicain car #NeverTrump ».

« Les cochons peuvent bien voler [l’équivalent anglais de l’expression « quand les poules auront des dents »], l’enfer peut geler, mais moi, membre du GOP depuis toujours, jamais je ne m’unirais à la menace orange #nevertrump », a tweeté John Cook.

La « menace orange » a poussé d’autres républicains de longue date à renier leur parti, comme Neil Stevens qui affirme sur Twitter avoir rejoint le GOP il y a vingt ans.

Désinscriptions du parti républicain

Certains ont joint le geste au tweet, photo à l’appui, comme Philipp Klein, qui travaille pour le journal Washington Examiner. « Je me suis officiellement désinscrit du parti républicain », écrit-il en publiant une photo du formulaire par lequel il a informé l’administration de sa décision. En sept heures, son tweet a été partagé près de 1.400 fois et aimé par 2.600 utilisateurs de Twitter.

Dennis Jordan, qui se définit dans sa biographie Twitter comme un professionnel de la santé, un conservateur et partisan de Ted Cruz, a lui aussi posté une photo de son formulaire de désinscription du parti républicain.

Un blogueur conservateur, Lachlan Markay, a décidé de brûler sa carte d’électeur du parti républicain.

Et il n'est pas le seul :

 

>> A lire aussi : Le discours sexiste de Donald Trump peut-il lui coûter la présidence?

Les anti-Trump voteront-ils pour un(e) candidat(e) démocrate ?

Certains militants du GOP affirment même être prêts à voter pour le candidat démocrate à l’élection présidentielle de novembre si Donald Trump obtient l’investiture républicaine. « Donc je crois que je vais voter pour un démocrate à la présidentielle pour la première fois de ma vie », écrit @lauramfin.

Le mouvement #NeverTrump prend de l’ampleur, au point d’être mentionné ce mercredi par CNN et le Washington Post.