Les emojis ne sont pas une langue universelle

QUID? Pourtant censés être universels, les emojis n’ont pas toujours le même sens selon une étude scientifique…

L.C.
— 
Des personnes déguisées en emojis à Londres, le 19 mai 2015.
Des personnes déguisées en emojis à Londres, le 19 mai 2015. — Joe Pepler/REX Shutters/SIPA

Les emojis sont-ils sources de quiproquos ? Ces émoticônes (dont le nom est issu du japonais) qui fleurissent désormais dans nos échanges de textos, nos courriels et sur les réseaux sociaux (10 millions d’emojis ont été postés sur Twitter en 2015), sont basées sur un protocole unicode universel. Mais les différences graphiques entre les différents systèmes d’exploitation de téléphone suscitent des malentendus entre les utilisateurs selon une équipe de chercheurs de l’université du Minnesota aux Etats-Unis.

Six versions différentes pour un même emoji

Concrètement, un emoji est basé sur une expression faciale bien définie et a priori universelle. Les chercheurs prennent l’exemple du visage souriant avec les dents visibles et les yeux plissés par le sourire - dont l’interprétation n’est pas forcément évidente. Or l’habillage de cet emoji varie en fonction des systèmes de messagerie et se décline en pas moins de six versions en fonction des téléphones.

- 20Minutes

D’après l’étude, cela donne lieu à des erreurs de compréhension car le même emoji envoyé depuis un téléphone conçu par Apple peut être interprété différemment si le destinataire est propriétaire téléphone commercialisé par Google. Comme cet échange de textos :

- Minnesota University

Cet émoji est décrit par les utilisateurs de Google comme « béatement heureux », alors que le même emoji est défini comme étant « prêt à se battre » par des utilisateurs Apple, note l’étude qui s’appuie sur un échantillon de plus de 300 personnes. Dans 25 % des cas, les utilisateurs ne parviennent pas à un consensus sur le caractère positif ou négatif de l’émotion exprimée par un emoji.

Source d’incidents diplomatiques

« Nous en concluons que le langage emoji est propice aux erreurs de communication », conclut l’étude, qui recommande aux constructeurs de téléphones d’harmoniser leur graphisme, histoire d’éviter des incidents diplomatiques…

Ces différences d’interprétation donnent aussi lieu à des décalages amusants, notamment entre générations. L’émission américaine Jimmy Kimmel Live s’en est amusée vendredi dans un micro-trottoir.