Le «gnagnagnagna» de Finkielkraut devient la risée du Web

WEB Le «gnagnagnagna» lâché samedi à Paris par le philosophe et essayiste à une militante de #NuitDebout a beaucoup amusé les internautes... 

L.C.

— 

Alain Finkielkraut, le 26 novembre 2013 à Paris.
Alain Finkielkraut, le 26 novembre 2013 à Paris. — PIERRE VILLARD/SIPA

Voilà qui ne va pas arranger le mépris éprouvé par Alain Finkielkraut pour les réseaux sociaux. Après sa visite quelque peu chaotique sur la place de la République à Paris occupée par le mouvement #NuitDebout, le philosophe et académicien est la risée de Twitter.

Samedi soir, « Finkie » n’était pas le bienvenu place de la République. Hué et insulté, il a été chassé par les militants. A l’une des participantes, il a répliqué par un « gnagnagnagna, pauvre conne ». Une scène vite devenue culte sur la Toile, à l’instar du fameux « Taisez-vous ! » ou de son « mai 68 c’est fini, alors tu la fermes » adressé à Daniel Cohn-Bendit, deux sorties en plateau télé qui avait donné au philosophe le sentiment d’avoir « l’air dans ce monde d’une espèce de Jacquouille ».

Les détournements n’ont pas tardé à fleurir sur Twitter. En musique, avec un extrait de « Gettin' Jiggy » de Will Smith :

Ce tube de Kylie Minogue était aussi tout indiqué : 

Et il y a aussi une version inspirée du morceau «Without Me» du rappeur Eminem

Un dernier en musique :

D'autres internautes transposent le désormais célèbre «gnagnagnagna» - qui a fait son entrée sur la page Wikipédia consacrée à l'essayiste - dans un débat sur le football :

En caricature, pour se moquer du puéril « gnagnagnagna » employé par l’académicien et défenseur de la langue française :

Certains suggèrent de modifier le fronton de l'Académie française :

Alain Finkielkraut n’est pas le seul à prendre pour son grade sur la Toile. Certains internautes imaginent déjà, avec humour, la visite d’un autre philosophe souvent moqué sur la Toile, Bernard-Henri Levy.