VIDEO. En direct sur Periscope, François Hollande «le Thug» essuie insultes et blagues potaches

POLITIQUE Après les débuts compliqués du compte Twitter dédié à la loi sur le travail, le service de com du Président s’est encore fait troller par les internautes…

H.S.

— 

François Hollande était en direct ce mardi 1er mars via l'application Periscope.
François Hollande était en direct ce mardi 1er mars via l'application Periscope. — Elysée

Jusqu’ici, les directs proposés par le service de communication de l’Elysée via l’application Periscope étaient passés relativement inaperçus.

Mais depuis le scandale « Serge Aurier », qui a popularisé Periscope, et la tentative ratée d’interpeller les internautes sur Twitter à propos du projet de loi sur le travail, difficile d’imaginer que le « live » diffusé ce mardi matin se déroule sans heurts.

En déplacement dans les locaux de l’entreprise Showroom Privé, l’intervention du président de la République était filmée et diffusée en direct via l’application et via Twitter. La séquence, qui a duré un peu plus de 23 minutes, a été suivie par plus de 5.500 spectateurs et, comme à chaque session Periscope, commentée en direct.

Dans un contexte politique tendu et trois jours après avoir essuyé la colère froide des agriculteurs réunis à l’occasion de leur Salon, Porte de Versailles à Paris, le Président a été copieusement conspué et insulté par les internautes, via des commentaires qui apparaissent en bas à gauche de l’image et disparaissent quelques secondes après. Plébiscitée par les adolescents, l’application est utilisée depuis le mois de juillet par le service de communication de l’Elysée. Malgré un certain nombre d’utilisateurs et de commentaires bloqués par ses communicants, François Hollande a eu droit à son lot de critiques et, parfois, à quelques réflexions drôles et plus légères.

Contacté par Le Lab d'Europe 1, le responsable de la com de l’Elysée, Gaspard Gantzer, a tenté de temporiser : « Comme souvent sur les réseaux sociaux, il y a de tout, des commentaires négatifs et positifs, des propos pertinents et d’autres hors sujet. Mais cela permet de varier les modes de dialogue et de discussion avec les citoyens, en dehors des médias classiques. »