En Inde, 1.159 candidats forcés de passer leur examen en slip pour intégrer l'armée

INDE L’armée s’est justifiée en assurant que cela permettait d’éviter les fraudes et les contrôles ou fouilles interminables…

H.S.
— 
Photo publiée par l'agence de presse ANI sur Twitter.
Photo publiée par l'agence de presse ANI sur Twitter. — ANI News

« C’était une erreur », a reconnu ce mardi un officier de l’armée indienne. Convoqués entre le 4 et le 12 février pour diverses épreuves écrites et physiques en vue d’intégrer différents corps de l’armée, 1.159 candidats se sont retrouvés forcés de passer leurs examens en sous-vêtements, révélait le 29 février le quotidien Indian Express. La raison avancée par le bureau régional de l’armée, serait le « gain de temps » en matière de fouilles et de contrôles des candidats.


Une raison un peu faiblarde, en vue du scandale provoqué par la diffusion des photos, notamment par l'agence de presse locale ANI. Lundi, l’affaire est remontée jusqu’au ministère de la Défense puisque le ministre Manohar Parrikar a exigé qu’un rapport complet soit établi et transmis afin d’éclaircir le déroulé exact des faits. Car les versions divergent entre les organisateurs et les candidats.

Une décision « indigne »

Interrogés par Indian Express, plusieurs jeunes hommes ont exprimé leur exaspération : « Quand nous sommes arrivés à Chakkar Maida, où se déroulaient les épreuves, on nous a demandé d’enlever nos vêtements, excepté nos sous-vêtements. Nous n’avions pas d’autres choix que de se plier aux instructions même si ça nous semblait bizarre. Nous étions assis à moins de deux mètres les uns des autres », a détaillé l’un d’eux. « Nous ne nous attendions pas à passer nos examens dans de grandes salles spacieuses mais nous demander de nous déshabiller était indigne », poursuit un autre.

Le directeur du bureau local de l’armée, Col V S Godhara, s’est également justifié en expliquant que cela permettait de s’assurer que les candidats ne disposaient pas de « matériel externes » lors des épreuves. Sous-entendu : tricher lorsqu’on est en slip serait plus difficile que dans une tenue décente. Il y a un an, une vidéo et des photos montrant des proches escaladant un mur pour apporter les réponses aux étudiants d’un centre d’examen scolaire avaient fait le tour du monde et avaient suscité l’indignation des autorités indiennes.