Bangladesh: L'opération de «l'homme-arbre» a réussi

MEDECINE Ce Bangladais de 26 ans devait supporter sur ses mains et ses pieds des excroissances d’au moins 5 kg…

C.P. avec AFP

— 

Abul Bajandar, surnommé "l'homme-arbre", va subir une opération pour être débarrassé des excroissances provoquées par sa maladie génétique rarissime.
Abul Bajandar, surnommé "l'homme-arbre", va subir une opération pour être débarrassé des excroissances provoquées par sa maladie génétique rarissime. — SIPANY/SIPA

C’est la fin d’un long calvaire et le début d’une nouvelle vie. Surnommé « l’homme-arbre » en raison des verrues impressionnantes aux allures d’écorce qu’il a sur les mains et les pieds, un Bangladais a été opéré avec succès, samedi. Abul Bajandar est désormais débarrassé de certaines de ses excroissances, a annoncé l’hôpital.

Neuf médecins mobilisés sur l’opération

Il aura fallu pas moins de trois heures et demie à une équipe composée de neuf médecins pour retirer les excroissances géantes de la main droite, a déclaré Samanta Lal Sen, le directeur du Dhaka Medical College Hospital à Dacca.

Atteint d’une maladie rarissime, communément nommée « la maladie de l’homme-arbre », le père de famille de 26 ans avait été admis le mois dernier en vue de l’opération visant à couper les excroissances pesant au moins cinq kilogrammes qui lui couvraient les mains et les pieds.

>> Lire aussi : L'« homme-arbre » va bientôt être opéré au Bangladesh

« Il est heureux et il riait »

« L’opération a réussi. Nous avons enlevé les excroissances des cinq doigts de la main droite. Il est heureux et il riait », a ajouté le responsable. Après l’avoir vu à l’issue de l’opération, l’épouse de « l’homme-arbre », Halima Khatun, a confirmé la joie de son époux, ajoutant qu’il semblait « détendu ».

C’est le gouvernement du Bangladesh qui a pris en charge les coûts de l’opération d’Abul Bajandar et la Première ministre, Sheikh Hasina, a été informée de son état après l’opération. A présent, « nous allons observer son état pendant les trois prochains mois avant de décider s’il faut procéder à de nouvelles opérations. C’est un grand défi », a-t-il encore affirmé.

Seulement trois cas de maladie dans le monde 

Les grosses verrues, qu’Abul Bajandar a vu apparaître à l’adolescence mais qui ont commencé à s’étendre plus rapidement il y a quatre ans, ont été diagnostiquées comme un cas d’épidermodysplasie verruciforme, une maladie de peau génétique rarissime qui peut prendre la forme d’excroissances de peau.

>> Lire aussi : Un dactylo à 12 doigts cherche désespérément du travail

Dans le monde, seulement trois cas d’épidermodysplasie verruciforme sont répertoriés, dont un seul au Bangladesh, selon le directeur de l’hôpital. En 2008, un villageois indonésien avec d’énormes verrues sur tout le corps avait subi une série d’opérations pour en être débarrassé.


Bangladesh : un « homme-arbre » opéré de ses… par 20Minutes