L'ESA souhaite un village sur la Lune pour remplacer l'ISS

ESPACE Le directeur général de l’ESA estime qu’il faut « sortir des sentiers battus » et « avoir des idées nouvelles »…

A.B. avec AFP

— 

Transit de l'ISS devant la Lune, photo publiée par la Nasa le 2 août 2015.
Transit de l'ISS devant la Lune, photo publiée par la Nasa le 2 août 2015. — NASA/Bill Ingalls

Le nouveau patron de l’Agence spatiale européenne (ESA), Jan Wörner, a défendu vendredi son idée de « village lunaire », estimant qu’il s’agirait d’un « successeur idéal » à la Station spatiale internationale (ISS) sur le plan de l’exploration de l’espace.

Depuis sa prise de fonction en juillet, Jan Wörner a évoqué à diverses reprises cette idée de « Moon village » multinational, notamment devant le Congrès international d’astronautique (IAC) à Jérusalem en octobre et aux Etats-Unis.

« Des usages multiples et des utilisateurs multiples »

« Il ne s’agit pas de bâtir de petites maisons et d’avoir une mairie, une église etc. », a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse. « Dans mon idée, un village c’est un endroit où différentes personnes arrivent avec des idées différentes et créent quelque chose qui n’est pas seulement individuel », a poursuivi l’ancien patron de l’agence spatiale allemande DLR.

« Le village lunaire international aurait des usages multiples et des utilisateurs multiples ». Un pays pourrait être intéressé par la science, il pourrait y avoir une compagnie privée soucieuse d’exploration minière, certains pourraient vouloir utiliser la Lune comme un « tremplin » pour explorer plus loin, a-t-il dit. Il pourrait aussi y avoir un grand radiotélescope. Les différentes entités apporteraient leurs compétences, dans un esprit de « coopération ». « Je pose une restriction : n’apportez pas d’armes ! », a plaisanté Jan Wörner.

L’ISS prolongée jusqu’en 2024

« Nous discutons à présent au niveau mondial pour voir si cela suscite assez d’intérêt pour aller plus loin », a-t-il dit. Ce village lunaire pourrait voir le jour après la fin de l’ISS, que les Etats-Unis, la Russie, le Canada et le Japon ont décidé de prolonger jusqu’en 2024.

Pour le moment, l’Europe ne s’est pas engagée à financer l’ISS après 2020. La question sera débattue lors la prochaine conférence ministérielle de l’ESA à Lucerne (Suisse) début décembre.

« Je vois le village lunaire comme le successeur idéal de l’ISS » pour l’exploration, a déclaré Jan Wörner. « Pour l’instant, je ne vois pas d’autre idée concurrente sur la table ». Contrairement à l’ISS, un village lunaire ne nécessite « pas de décision formelle » entre les différents pays. « C’est plus une vision commune des différentes nations pour aller ensemble sur la Lune ».

Le directeur général de l’ESA assure que cela ne lui déplaît pas que certains trouvent « folle » son idée de village. « Nous devons sortir des sentiers battus, avoir des idées nouvelles ».