VIDEO. Présidentielle américaine: Quand Trump utilise des images de migrants au Maroc pour parler du Mexique

POLITIQUE Selon le staff de campagne du républicain ces images ont été intentionnellement choisies « pour montrer le grave impact d’une frontière ouverte »...

B.D.

— 

Le candidat républicain à la présidentielle américaine, Donald Trump, lors d'un meeting dans le Mississippi, le 2 janvier 2016.
Le candidat républicain à la présidentielle américaine, Donald Trump, lors d'un meeting dans le Mississippi, le 2 janvier 2016. — AFP

Un premier spot télé et une boulette ; on n’en attendait pas moins de Donald Trump. Le républicain candidat à la présidentielle américaine a rendu publique lundi sa première publicité télévisée de campagne, qui sera diffusé à partir de ce mardi dans l’Iowa et le New Hampshire, les deux premiers Etats à voter début février dans le processus de désignation des candidats républicain et démocrate pour l’élection présidentielle de novembre.

Mais, ignorance crasse de la géographie ou démagogie totale, le court spot de 30 secondes, qui se focalise sur la question de l’immigration, montre des images de migrants au Maroc, alors que le milliardaire y parle du Mexique.

Trump défend le spot

Sur Twitter, le leader républicain des sondages persiste et signe. «Utiliser le Maroc, quel est le problème? Aucun! Cela illustre mon argument. J'adore la vidéo», écrit son équipe de campagne.

Des images de 2014 au Maroc

Sur les images, une voix masculine annonce que Donald Trump, en tête des sondages pour les primaires républicaines, « arrêtera l’immigration clandestine en construisant un mur le long de la frontière sud (avec le Mexique), qui sera payé par le Mexique ». Une brève séquence montre alors des dizaines de personnes semblant courir pour tenter de traverser une frontière grillagée.

Mais, il ne s’agit pas de Mexicains : les images ont été filmées en mai 2014 et montrent la triple frontière grillagée séparant le Maroc de l’enclave espagnole de Melilla, que des migrants – en grande majorité originaires d’Afrique subsaharienne – tentent régulièrement de franchir.

Un représentant de la campagne de Donald Trump a ensuite affirmé que l’utilisation de ces images était « intentionnelle et choisie pour montrer le grave impact d’une frontière ouverte et la vraie menace à laquelle font face les Américains, si nous ne construisons pas immédiatement un mur pour arrêter l’immigration clandestine ». Encore raté : la frontière entre le Maroc et l’enclave n’est pas « ouverte », et les polices espagnole et marocaine ont été accusées à plusieurs reprises de violences envers les migrants qui tentent de passer la frontière.