Les Islandais «prient» d’anciens dieux pour payer moins d’impôts (et ça marche)

RELIGION En prenant les rênes d'une fausse religion, des militants ont détourné une taxe visant à financer les cultes pour en rendre le produit aux contribuables...

N.Bg.

— 

Illustration: l'église Hallgrímskirkja  en Islande.
Illustration: l'église Hallgrímskirkja en Islande. — John Alex Maguire/REX/REX/SIPA

En France, on célèbre cette année le 100e anniversaire de la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat. En Islande, ils n’en sont pas là : chaque contribuable doit déclarer sa religion et payer un peu moins de 80 euros de taxe au bénéfice du culte sélectionné. Si aucun culte n’est choisi, ils payent la taxe quand même.

Récupérer l’argent de la taxe… et la reverser

Ce qui fait râler sur l’île, au point qu’un système détournant cette taxe a été créé, et connaît un grand succès depuis deux semaines, raconte le Guardian ce mardi. L’astuce : prendre quelques militants anti-taxe religieuse, les mettre à la tête d’un faux culte et leur faire reverser tout l’argent qu’ils touchent, grâce à la taxe, à leurs « fidèles ». La religion en question, basée sur le culte d’anciens dieux mésopotamiens, est inscrite depuis 2013 au registre officiel des cultes et compte en ce début décembre plus de 3.000 vrai-faux croyants soit, tout de même, 1 % de la population.

Evidemment, des élus ont flairé l’arnaque et demandé à ce que cette religion en laquelle personne ne croit vraiment soit retirée de ce registre et qu’on ne puisse plus lui payer la taxe. Mais comme le précise un porte-parole de cette église au Guardian, « qu’est-ce qu’une vraie organisation religieuse et comment mesure-t-on la croyance ? » En attendant de trouver la réponse, les politiques islandais continueront de voir des petits malins prier les dieux de Mésopotamie pour se faire rembourser leur taxe.