Attentats à Paris : Qui a dit ? « Si je n’étais pas chanteur, j’irais combattre les djihadistes »

INSOLITE Petit indice : L’homme n’est pas au sommet de sa forme physique, mais est toujours prêt à allumer le feu…

20 Minutes avec AFP

— 

Tremblez Daesh, vous avez énervé un vrai rockeur...
Tremblez Daesh, vous avez énervé un vrai rockeur... — ASLAN/SIPA

Tremblez Daesh! Affecté par les attentats du 13 novembre, Johnny Hallyday serait prêt à prendre une arme pour combattre les jihadistes, «criminels» et «fous», s'il n'était pas chanteur.

«Si je n'étais pas chanteur, je prendrais une arme et j'irais les combattre», a confié le chanteur âgé de 72 ans au Parisien. Ce qu'ont fait les djihadistes, «c'est ignoble» a ajouté Johnny Hallyday qui a dû annuler samedi soir un concert prévu à Bruxelles en raison de menaces terroristes dans la capitale belge.  Johnny a promis de revenir à Bruxelles le 26 mars et donnera un concert supplémentaire dans la capitale belge le 27 mars.

Une chute de tension après les attentats du 13 novembre

Johnny Hallyday qui évoque les attentats de janvier dans son dernier album «De l'amour», explique qu'il a appris les nouveaux attentats du 13 novembre en sortant de scène. «J'ai ressenti un malaise. Le lendemain j'ai commencé à ne pas être bien», a confié l'artiste.

A lire aussi : VIDEO. Johnny Hallyday dédie aux victimes des attentats à Paris son concert à Strasbourg

Le chanteur raconte avoir été victime d'une «chute de tension» mercredi soir à l'issue d'un concert en Moselle. C'est «le contrecoup de ce qui s'est passé» le 13 novembre à Paris, a-t-il expliqué. «Les attentats m'ont rendu malade».