Calais: Gil Galasso, meilleur ouvrier de France, enseigne la restauration aux réfugiés

BEAU Grâce à ce maître d'hôtel réputé et à une semaine de formation intensive cinq réfugiés ont déjà décroché un job...

20 Minutes avec agence

— 

Gil Galasso, maître d’hôtel sacré meilleur ouvrier de France en 2003, a posé, durant une semaine, sa classe d’hôtellerie dans une tente en plastique de la jungle de Calais
Gil Galasso, maître d’hôtel sacré meilleur ouvrier de France en 2003, a posé, durant une semaine, sa classe d’hôtellerie dans une tente en plastique de la jungle de Calais — Francois Lo Presti/AFP for the Guardian

Gil Galasso, maître d’hôtel sacré meilleur ouvrier de France en 2003, a posé, durant une semaine, sa classe d’hôtellerie sous une tente en plastique de la jungle de Calais (Pas-de-Calais). Celui qui est l’un des plus célèbres professeurs français des arts de la table a ainsi enseigné son savoir-faire à une poignée de réfugiés, tous volontaires, relève The Guardian.

Au menu du stage intensif : l’apprentissage du service en salle et en chambre, la prise de commande au room service et au restaurant, le service à l’anglaise ou encore l’entraînement au bar, énumère Gil Galasson sur sa page Facebook. « Malgré les conditions compliquées, j’ai voulu donner la meilleure formation possible », explique le professeur.

« Il y avait des ingénieurs, j’ai presque eu honte de leur proposer mes cours »

Le champion du monde des maîtres d’hôtel en 2009 qui enseigne désormais au lycée hôtelier Biarritz Atlantique (Pyrénées-Atlantiques) ne se fait pourtant pas d’illusion et sait qu’une semaine de formation est insuffisante. Aussi Gil Galasso a-t-il rédigé à ses protégés des lettres de recommandation. Résultats : les cinq réfugiés qui ont participé au programme ont réussi à trouver un job. Ils vont pouvoir ainsi, dixit le maître en chef, « poursuivre leur formation et peut-être obtenir un contrat de travail à durée indéterminée ».

Il sait que sa bonne action n’est pas vaine, car lHexagone aura besoin de main-d’œuvre dans le secteur de l’hôtellerie-restauration : « la seule région de Biarritz aura besoin de 5.000 serveurs dans les prochains mois », assure Gil Galasso au Figaro.