Thaïlande : Un film d'horreur avec des moines bouddhistes interdit

RELIGION Les autorités estiment que cela pourrait «détruire» la religion majoritaire du royaume…

20 Minutes avec AFP

— 

Si le film est projeté, la foi dans le bouddhisme reculera, craint le gouvernement thaïlandais.
Si le film est projeté, la foi dans le bouddhisme reculera, craint le gouvernement thaïlandais. — Hkun Lat/AP/SIPA

Un film d'horreur thaïlandais mettant en scène des moines bouddhistes a été interdit, les autorités estimant mardi que cela pourrait «détruire» la religion majoritaire du royaume. «Le film comporte des scènes qui peuvent détruire le bouddhisme. S'il est projeté, la foi dans le bouddhisme reculera», a expliqué à l'AFP Somchai Surachatri, porte-parole du Bureau national du bouddhisme, qui fait partie du comité de censure du ministère de la Culture.

Dans ce pays friand de films d'horreur, le film «Arbat» («Violations commises par les moines» en thaï) inclut une scène de baiser entre un moine et une femme et une autre montrant un moine prenant de la drogue. La société de production Sahamongkol Film International a assuré «ajuster» le montage du film, avant de le soumettre à nouveau à l'approbation du ministère.

Un clergé bouddhiste thaïlandais sous le feu des critiques...

Le puissant clergé bouddhiste thaïlandais est sous le feu des critiques depuis des années pour sa conception mercantile de la religion, après des affaires récurrentes de corruption. Le dernier scandale concerne le temple Dhammakaya, réputé le plus riche du pays, qui a dû rendre en mars près de 20 millions d'euros indûment versés par un dirigeant d'entreprise. Le plus célèbre des moines corrompus du pays reste Wiraphol Sukphol, qui voyageait en jet privé et est aujourd'hui en fuite.

Mais tous ces scandales n'entament pas pour l'heure l'emprise du bouddhisme sur la société thaïlandaise, avec notamment une frénésie de dons aux temples, afin d'améliorer son karma.

Mots-clés :