Un détenu prévient les surveillants de son évasion et se fait la belle

POUF L'homme devait se rendre à Pôle emploi pour préparer sa réinsertion…

A.B.

— 

Un détenu de la maison d'arrêt de Moulins-Yzeure s'est évadé après avoir raconté qu'il se ferait la belle lors de sa permission.
Un détenu de la maison d'arrêt de Moulins-Yzeure s'est évadé après avoir raconté qu'il se ferait la belle lors de sa permission. — T. ZOCCOLAN / AFP

Il a eu la « courtoisie » de les avertir. Détenu dans une prison de l’Allier, un homme a raconté à ses surveillants qu’il s’évaderait lors de sa permission. Problème pour ses derniers, il a mis son plan à exécution et a réussi à se faire la belle, rapporte Ouest-France.

En cavale depuis une semaine

Les faits se sont déroulés à la maison d’arrêt de Moulins-Yzeure (Allier). Le détenu, qui avait déclaré au personnel qu’il allait profiter de sa permission pour s’évader, est en cavale depuis une semaine, a-t-on appris vendredi auprès d’un syndicaliste du centre pénitentiaire.

Agé de 27 ans, ce détenu multirécidiviste, incarcéré pour des délits routiers et trafic de stupéfiants, avait bénéficié d’une permission de sortie vendredi pour se rendre à Pôle emploi. Il avait rendez-vous dans la matinée pour préparer sa réinsertion. « C’est un détenu qui a bénéficié d’une permission, sauf que ce détenu avait dit autour de lui que “de toute façon il ne reviendrait pas”. C’est revenu aux oreilles du personnel. Un surveillant a alerté par écrit sa hiérarchie, ça a été relayé au niveau de l’administration pénitentiaire », a déclaré Michel Cherruault, représentant FO-Pénitentiaire du centre pénitentiaire de Moulins-Yzeure.

Libérable en mars 2016

« C’est vraiment dommage, il faut faire attention à qui on donne des permissions », a jugé le syndicaliste. Selon RMC Info, le jeune homme purgeait une peine de deux ans de prison et était libérable en mars 2016. « Ça arrive souvent que les détenus en fin de peine aient une journée ou deux de permission pour commencer à chercher un emploi », a également souligné le représentant FO.

Déjà en 2011, un détenu de la même prison avait lui aussi réussi à s’évader. L’homme avait demandé à fumer une cigarette à l’extérieur d’une salle où il déjeunait et en avait profité pour fausser compagnie au personnel.