Ses collègues lui offrent 350 jours de RTT pour s'occuper de sa fille malade

SOLIDARITE Le père de famille a pu rester auprès de sa fille de 4 ans durant son long traitement contre un cancer du rein …

A.B.

— 

Ce père de famille a bénéficié de la générosité de ses collègues, qui lui ont offert 350 jours de RTT pour rester auprès de sa fille malade.
Ce père de famille a bénéficié de la générosité de ses collègues, qui lui ont offert 350 jours de RTT pour rester auprès de sa fille malade. — @bray_info / Twitter

Ce père de famille n’oubliera jamais l’incroyable geste de solidarité de ses collègues. Il y a un an, Jonathan et Marine Dupré ont appris que leur fille Naëlle, alors âgée de 4 ans, était atteinte d’un cancer du rein. La fillette a subi le mois suivant une intervention chirurgicale pour que sa tumeur de 13 centimètres soit retirée et a démarré un cycle de 31 semaines de chimiothérapie, rapporte Le Réveil de Neufchâtel.

La mobilisation de ses collègues

Du jour au lendemain, l’annonce de la maladie a bouleversé le quotidien de la petite famille, qui s’est organisée au mieux pour assurer les soins de la fillette, mais les parents ont rapidement fait face à des difficultés. « Pour les différents examens médicaux et les chimiothérapies, j’ai épuisé tout mon stock de jours de repos », a raconté Jonathan, employé de la verrerie Pochet du Courval dans la Somme. Mais les collègues du jeune père se sont mobilisés pour lui venir en aide. « Mon chef d’atelier a compris nos difficultés. Il a alors eu l’idée de collecter des jours de repos auprès de mes collègues », explique-t-il. Généreux, ils lui ont offert pas moins de 350 jours de RTT.

Jonathan Dupré a ainsi bénéficié de la loi du 9 mai 2014 sur le don de RTT, qui permet à un salarié de donner des jours de repos à un collègue avec l’accord de son employeur. Le texte indique que ces dons sont possibles pour aider ceux qui ont la charge d’un enfant de moins de 20 ans malade, ou atteint d’un handicap, ou d’un accident grave.

« Un poids en moins »

« Je l’ai appris par courrier. J’étais très ému. (…) C’était un poids en moins pour nous. Nous n’avions plus de problème de garde, de déplacements pour les examens et les traitements », a indiqué le père de la petite fille. « C’était vraiment très important que l’un de ses parents reste avec elle. Je sais que cette présence lui a fait beaucoup de bien », poursuit-il. « Je suis très contente que papa reste à la maison avec moi », a confirmé Naëlle.

Aujourd’hui, la fillette au sourire espiègle va bien. Naëlle est en phase de rémission et a même repris le chemin de l’école en septembre dernier.

En vigueur depuis près d'un an et demi, la loi sur le don de RTT a déjà permis de nombreux gestes de solidarité similaires.