Une société vous propose d'encadrer vos tatouages après votre mort

IN MEMORIAM L’association nationale pour la préservation de l’art de peau propose ce service aux Etats-Unis…

R.S.

— 

Une association américaine propose d'encadrer les tatouages des personnes après leur décès.
Une association américaine propose d'encadrer les tatouages des personnes après leur décès. — RS

Non, les tatouages ne sont pas condamnés au statut d’oeuvres éphémères, jetées aux oubliettes à la mort de leur porteur. Repérée par Le Point, une association propose à toute personne désireuse d’immortaliser ses dessins, de les faire encadrer après leur mort.

L’organisation à but non lucratif Napsa (« National Association For Preservation Of Skin Art » ou association nationale pour la préservation de l’art de peau) propose donc ce service dans les heures qui suivent la mort d’une personne. Un embaumeur prélève les morceaux de peau concernés et peut les mettre sous verre si le tatoué décédé et sa famille le souhaitent.

« Une passion que nous pouvons garder en vie »

« Le tatouage, c’est une partie de votre corps et votre esprit. Une passion que nous pouvons garder en vie », indique la Napsa qui invite les tatoués à rejoindre sa communauté. Sur le film de présentation de l’association, on voit donc une veuve, un jeune orphelin, serrer le cadre du tatouage de son mari ou père décédé. Une scène « hollywoodienne » assez étrange, à vrai dire.

Certains passionnés décrivent aussi leur démarche sur le site, à l’image de Bridget qui souhaite sauver son grand tatouage de la vierge Marie dans son dos. « Devenir un membre de Napsa me permet d’appartenir à une partie une communauté de personnes qui respectent et apprécient les tatouages ​​et la préservation de l’art de la peau. Cela me permet de transmettre à mes enfants une partie de moi. Quelque chose qui a orné mon corps de façon permanente et reste associé à de nombreux souvenirs de ma vie. » Après son décès, sa famille attendra trois à six mois pour recevoir le tatouage prélevé, préservé et encadré.