Grande-Bretagne: Le «pig gate» de Cameron fait les choux gras de la presse à scandale

POLITIQUE Une biographie non autorisée à paraître en octobre accuse le Premier ministre David Cameron d'avoir commis des excès lors de ses années étudiantes à Oxford...

Bérénice Dubuc

— 

Le Premier ministre britannique David Cameron le 10 septembre 2015 à Londres
Le Premier ministre britannique David Cameron le 10 septembre 2015 à Londres — Leon Neal AFP

Un Premier ministre débauché, accro au cannabis, et un cochon. Ce sont les grandes lignes de l’affaire qui secoue le Royaume-Uni ce lundi. L’ensemble de la presse à scandale britannique se fait en effet le relais des informations du Daily Mail, qui révèle quelques passages d’une biographie non autorisée du Premier ministre David Cameron, intitulée Call Me Dave (Appelez-moi Dave), et qui doit paraître en octobre.

Cet ouvrage, « la biographie politique la plus explosive de la décennie » selon le Daily Mail, a été coécrit par un ancien membre du parti conservateur, Lord Ashcroft, et une ancienne journaliste politique du Sunday Times, Isabel Oakeshott. Il est basé sur des centaines d’interviews avec des proches - amis ou ennemis - du Premier ministre britannique, et raconte ainsi notamment que ce dernier a fait partie, lorsqu’il étudiait à Oxford, d’un « groupe de fumeur de drogue » - le « Flam Club ». L’un de ses amis à l’université, James Delingpole, confirme avoir fumé du cannabis avec le Premier ministre.

Cameron aurait « mis ses parties intimes dans la gueule d’un cochon mort »

Le livre indique par ailleurs que, lors de fêtes organisées par le couple Cameron à leur domicile londonnien, de la cocaïne circulait. Rencontrant « un fort succès auprès des femmes » lorsqu’il était étudiant à Oxford, David Cameron fut également un membre du Bullingdon Club, réservé à l’élite fortunée et réputé pour ses dérapages alcoolisés, selon la biographie.

Toujours à l’université d’Oxford, le leader conservateur aurait également appartenu à une « fraternité débauchée », le Piers Gaveston, où étaient pratiqués des « rites étranges et des excès sexuels ». Lors de la cérémonie d’initiation de David Cameron, celui-ci aurait ainsi « mis ses parties intimes dans la gueule d’un cochon mort ». La source de cette histoire ajoute avoir vu des photographies prouvant ses dires. Sur Twitter, les mots-clés #piggate (« scandale du cochon ») et #LordAshcroft font d’ores et déjà partie des trending topics ce lundi matin.

Vengeance

Depuis plusieurs années, les observateurs de la politique britannique s’interrogent sur la raison de la rupture entre David Cameron et Lord Ashcroft. Ce dernier, ancien trésorier et vice-président du Parti conservateur mais aussi grand argentier des Tories qui a donné quelque « 8 millions de livres » (11 millions d’euros) au fil des ans, occupait en effet le bureau situé juste à côté de celui de David Cameron au CCHQ, le siège du parti, dans Matthew Parker Street, à Westminster.

L’homme d’affaires milliardaire avoue avoir écrit Call me Dave par « vengeance » pour ne pas avoir obtenu le « poste important promis » par David Cameron après son accession au pouvoir en 2010. En mars 2010, lors de la révélation de sa fraude au trésor britannique, le porte-parole du Premier ministre avait affirmé que ce dernier n’était au courant que depuis peu. Mais, dans son livre, Lord Ashcroft indique qu’il a eu dès 2009 une conversation avec David Cameron pour savoir « comment il pourrait retarder les révélations de mes arrangements avec le fisc à la période post-électorale ».