VIDEO. Etats-Unis: Un chien veille une semaine entière sur son compagnon piégé

AMITIE L’histoire se finit bien et les deux chiens, sauvés, vont bien…

A.-L.B.

— 

Capture écran Facebook/ Vashon Island Pet Protectors (www.vipp.org) 15 septembre 2015.
Capture écran Facebook/ Vashon Island Pet Protectors (www.vipp.org) 15 septembre 2015. — Facebook/ Vashon Island Pet Protectors

L’histoire se finit bien. Deux chiens qui avaient disparu le 7 septembre dans l’Etat de Washington aux Etats-Unis ont été retrouvés au bout d’une semaine par une association de protection des animaux.

Toute la semaine, l’un des chiens est resté auprès de son compagnon pris au piège d’une fosse en béton dans les bois. Tillie, une chienne setter, est ainsi restée auprès de Phoebe, une basset hound bloquée au fond d’une citerne car les murs étaient trop hauts pour elle, rapporte USA Today jeudi.

Allers-retours intrigants du chien

Chaque jour, Tillie laissait Phoebe pour aller chercher de l’aide. Le 14 septembre, un individu a appelé l’association de protection des animaux de compagnie Vashon Island Pet Protectors (VIPP), car il était intrigué par les allers et retours d’un chien sur sa propriété.

Les bénévoles de cette organisation, qui avaient publié quelques jours auparavant un message signalant cette disparition, se sont mis à la recherche des chiens dans les bois.

MISSING DOGS FOUND !!! HOORAY FOR TILLIE… and a HUGE HANKIE ALERT. We are overjoyed to report that after being missing…

Posted by Vashon Island Pet Protectors (www.vipp.org) on lundi 14 septembre 2015

 

Dans un message posté sur Facebook, ils racontent qu’après quelques recherches, ils sont tombés sur les deux compagnons, l’un à côté de l’autre.

Sur deux photos, on voit le chien bloqué dans la citerne en béton, en dessous de son compagnon qui le garde. Et sur l’autre, le basset hound tout penaud au fond de son piège.

Les deux chiennes ont eu froid et faim, mais elles se portent bien, a indiqué l’une des membres de cette association. Quant au propriétaire, il a indiqué à ABC qu’il avait depuis lors acheté des colliers pour chiens munis de GPS, pour « ne plus jamais les perdre ».