Etats-Unis: Elle porte plainte contre une clinique après avoir accouché d'un bébé métis

MONDE Une employée, qui a mal lu les numéros, a confondu les fioles contenant le sperme...

20 Minutes avec agence

— 

Jennifer Cramblett, et sa compagne Amanda Zinko portent plainte contre une clinique américaine qui a confondu les échantillons de sperme lors d'une insémination artificielle
Jennifer Cramblett, et sa compagne Amanda Zinko portent plainte contre une clinique américaine qui a confondu les échantillons de sperme lors d'une insémination artificielle — Capture d'écran - The Daily Mail

Jennifer Cramblett, une Américaine de 37 ans vivant dans l’Ohio voulait un enfant avec sa compagne. Alors qu’elle avait spécifié vouloir un donneur de race blanche aux cheveux blonds et aux yeux bleus, elle a reçu le sperme d’un donneur afro-américain. Même si trois ans après la naissance de Payton, la mère dit apprécier sa fille, elle a décidé de porter plainte contre la banque du sperme qui s’est emmêlé les pinceaux raconte le Daily Mail.

« Jennifer pleurait, elle était bouleversée »

L’erreur a été reconnue par la banque de sperme. C’est une employée qui au lieu de prendre la fiole sur laquelle le numéro 380 [qu’elle a mal lu], celui d’un donneur blanc aux yeux bleux [qu’elle a mal lue] était inscrit, a sélectionné la fiole numéro 330, qui était celle d’un afro-américain. Une confusion qui lorsqu’elle a été révélée à la patiente, déjà enceinte, l’a rendue furieuse, entraînant stress, de la douleur et de la souffrance chez la jeune femme. « Jennifer pleurait, elle était bouleversée (…) En un instant, son excitation et son attente se sont transformées en rage, en déception et en peur », explique son avocat.

La plainte sera réexaminée d’ici à la fin de l’année

Vivant dans un quartier où la mixité se fait rare, Jennifer craint que sa fille soit la seule élève noire et subisse le rejet à l’école mais aussi qu’elle ne soit pas acceptée par sa propre famille.

Malgré la lettre d’excuse et le remboursement de l’intervention par la clinique, le couple a décidé d’aller jusqu’au bout en saisissant la justice. « Je suis heureuse d’avoir un enfant en bonne santé mais je ne vais pas les laisser s’en tirer sans qu’ils soient tenus pour responsable. Ils ne peuvent pas s’en tirer en me disant: "Vous avez un enfant donc vous devriez être contente" », a expliqué la maman de 30 ans, interrogée par la NBCLa plainte de la jeune mère, rejetée pour vice de procédure la semaine dernière, sera réexaminée à la fin de l’année.