Alpes-Maritimes : Un corbillard immatriculé «666» sème le trouble

DIABLE «Quand on croit en Dieu, on croit au diable. Pourquoi les entreprises de pompes funèbres ne tiennent pas compte de cela?»...

T.L.G.

— 

Corbillard, illustration
Corbillard, illustration — Winston-Salem

« Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête. Car c’est un nombre d’homme, et son nombre est six cent soixante-six ». Cette phrase, issue de l’Apocalypse selon Saint-Jean, associe le nombre 666 au diable. Trois chiffres présents sur l’un des corbillards de Cagnes-sur-Mer (Alpes-Maritimes), rapporte Nice Matin.

Un cauchemar pour cette quadragénaire, qui reste traumatisée par l’enterrement de sa fille de 25 ans, il y a un an. « J’ai été terriblement choquée de voir l’immatriculation du véhicule: 666 », confie-t-elle à Nice Matin.

« Quand on croit en Dieu, on croit au diable. Pourquoi les entreprises de pompes funèbres ne tiennent pas compte de cela ? Après les obsèques, j’étais outrée. Je leur en ai fait part dans le questionnaire de satisfaction qu’ils nous demandent de remplir après la cérémonie ».

Impossible de changer les plaques

Cette mère en deuil de 49 ans continue de souffrir lorsqu’elle croise au hasard d’une rue la plaque du véhicule. « Je souffre encore de cette immatriculation et, à chaque fois que je la revois, je replonge dans mon deuil ». La quadragénaire a contacté l’entreprise pour faire changer l’immatriculation. En vain.

« Nous avons tout fait afin de montrer que cette démarche est fondée et pas farfelue mais les services de la préfecture nous ont spécifié que la demande n’était pas recevable et qu’il était impossible de faire un changement de plaque d’immatriculation », assure le responsable de l’agence. Il précise que l’entreprise fera le maximum pour limiter les déplacements de ce véhicule sur certaines cérémonies.