VIDEO. Dismaland: Banksy fait la promotion de son parc d'attractions dans une vidéo publicitaire

MONDE Parmi les attractions figurent une réplique brûlée du château de Disneyland ou une Cendrillon morte dans un accident de carrosse…

20 Minutes avec agences

— 

Une employée à l'entrée de Dismaland, le parc d'attractions de Banksy qui parodie Disney
Une employée à l'entrée de Dismaland, le parc d'attractions de Banksy qui parodie Disney — Capture d'écran - Radio Canada

« Dismaland » [fusion de dismal, lugubre en anglais, et Disneyland ], c’est le nom de l’exposition iconoclaste coordonnée par l’artiste britannique mondialement connu Banksy, qui se veut une parodie subversive des parcs d’attractions, située dans l’enceinte d’une ancienne piscine de plein air de Weston-super-Mare, proche de Bristol (Angleterre).

Découvrir l'endroit « le plus joyeux sur Terre »

Pour présenter son parc, inauguré vendredi dernier, le street-artiste vient de dévoiler un spot publicitaire des plus satiriques. Dismaland promet ainsi à une petite famille de s'aérer l'esprit en découvrant l'endroit « le plus joyeux sur Terre», un parc « qui ne ressemble à aucun autre » où « tous vos rêves deviennent réalite ».

Une promesse qui a convaincu un jeune couple marié d'annuler sa lune de miel aux Bahamas pour revivre leur contes de fées autour des attractions de « Bemusement park » qui s'affiche comme « la nouvelle attraction britannique la plus décevante ».

Dans les faits, les curieux pourront ainsi observer une Cendrillon morte dans un accident de carrosse et encerclée par des paparazzi, un manège de chevaux dont l’un pendouille sous un boucher assis sur des caisses labellisées « lasagnes », une réplique brûlée du château de Disneyland ou encore un ancien camion de la police utilisé en Irlande du Nord transformé en toboggan pour enfants.

Tout sauf un « coup » contre Disney

L’exposition, qui met ainsi en scène des sujets d’actualité à l’instar d’une sculpture représentant des migrants dans des bateaux, réunit des oeuvres de Banksy met aussi en avant les productions d’une cinquantaine d’artistes, tels que les britanniques Damien Hirst et David Shrigley, les Espagnols, Escif et Paco Pomet, ou encore l’Américaine Jenny Holzer. 

Le street-artiste, notamment connu pour ses pochoirs à travers le monde, a reconnu que son projet n’était pas « un coup contre Disney » et explique : « C’est un parc thématique dont le thème principal est que les parcs thématiques devraient traiter de thèmes plus sérieux. » Les visiteurs ont jusqu'au 27 septembre 2015.