Les Français sont les touristes les plus radins du monde

REPUTATION Ils sont suivis de près par les Anglais...

A.B.

— 

Illustration de pourboire
Illustration de pourboire — PIERRE VERDY / AFP

Ils ont des oursins dans les poches. En réalité, eux, c’est nous, pauvres touristes français, qui traînons à travers le globe une réputation de gros radins. Une étude de la compagnie d’assurances britannique Direct Line épingle les Frenchies, qui décrochent la palme des touristes les plus avares lorsqu’il s’agit de laisser un pourboire.

Les Américains et les Allemands plus généreux

L’étude, relayée par le quotidien britannique The Independant, a établi un classement de la pingrerie des touristes du monde entier. Après avoir enquêté auprès de 132 bars et restaurants de Barcelone, Las Vegas, Paris, Phuket, São Paolo et Ibiza, l’assureur a élaboré un « index du pourboire » et rendu son verdict, décernant aux Français le titre peu glorieux de touristes les plus radins.

Du côté des plus généreux, on retrouve les Allemands, autrement plus enclins que nous à laisser la pièce aux serveurs au moment de régler l’addition. Mais les champions toutes catégories restent les Américains, royaux au moment de filer un « tips ».

Puisque la mauvaise foi va facilement de pair avec l’avarice, précisons tout de même que cette belle habitude n’est pas le fruit du hasard. Aux Etats-Unis et au Canada, le service n’est généralement pas compris dans l’addition. Les clients paient donc un supplément d’environ 15 % pour rémunérer le serveur. Un usage que les Américains réitèrent lorsqu’ils sont en vacances à l’étranger.

Un pourboire facultatif

En France, le pourboire est facultatif et son montant est proportionnel à la satisfaction du client, qui récompense, ou pas, la qualité du service. Or, nombreux sont les Français à ne laisser aucun pourboire. Et les Américains commencent à le comprendre, grâce aux guides de voyage qui prennent aujourd’hui soin de le préciser. Résultat : même eux mettent moins la main au porte-monnaie, y compris dans leur propre pays.

Mais au pays des pingres, on peut toujours nous rassurer en sachant que les Anglais nous talonnent, suivis de près par les Italiens.