Etats-Unis: Un homme envoyé en prison après avoir liké des photos de son ex

HARCELEMENT Il avait tout de même des antécédents judiciaires...

N.Beu.

— 

Le bouton «Like» de Facebook, le 10 mai 2012 à Washington.
Le bouton «Like» de Facebook, le 10 mai 2012 à Washington. — BRENDAN SMIALOWSKI / AFP

Justin Bellanco aura payé cher ses « likes ». Arrêté puis placé en détention lundi après avoir « aimé » 22 photos et vidéos sur la page Facebook de son ex, cet Américain de 26 ans a dû débourser 5.000 dollars pour recouvrer sa liberté, raconte le site Times Leader.

En prison pour des likes Facebook ? Pas tout à fait. Si le jeune homme a été arrêté, ce n’est pas pour hyperactivité sur les réseaux sociaux, mais tout simplement parce qu’il n’a pas respecté l’ordonnance restrictive l’obligeant à ne pas entrer en contact avec son ex-copine, April Holland. Le 28 juillet, cette dernière avait en effet obtenu de la justice cette ordonnance en raison du harcèlement dont elle et ses amis faisaient l’objet de la part de Bellanco, ainsi qu’à la suite de menaces qu’il avait proférées à son encontre.

Un couple à l’histoire tumultueuse

Pendant une année, Bellanco avait donc l’obligation de garder ses distances. Il n’a pas tenu un mois. Avertie par Holland, la police a arrêté le jeune homme alors qu’il la suivait, selon les dires de son ex. Une affirmation que la police ne confirme toutefois pas.

Le couple semble en tout cas avoir une histoire compliquée. Selon Times Leader, Holland avait elle aussi fait l’objet d’une ordonnance restrictive à la demande de Bellanco, qui l’accusait de l’avoir étranglé au cours d’une dispute. Elle avait pris fin en avril, trois mois avant la seconde ordonnance encore en vigueur.