Etats-Unis: Retour de bâton pour le patron qui avait divisé son salaire en faveur de ses employés

SOCIETE Dan Price doit aujourd'hui faire face à des difficultés financières et à des employés mécontents...

20 Minutes avec agence

— 

Photo de Dan Price, fondateur et PDG de Gravity Payments, fournie par Jose Mandojana et Gravity Payments le 13 avril 2015
Photo de Dan Price, fondateur et PDG de Gravity Payments, fournie par Jose Mandojana et Gravity Payments le 13 avril 2015 — Jose Mandojana JOSE MANDOJANA

Il avait décidé de diviser son salaire par 14 pour garantir à tous ses salariés un revenu minimum de 70.000 dollars par an (soit environ 5.400 euros par mois). En guise de remerciements, Dan Price, PDG de la start-up américaine Gravity Payments, hérite, quatre mois plus tard, d’ennuis financiers, de ruptures de contrats, de poursuites judiciaires et de salariés insatisfaits.

Si l’initiave du surnommé « patron Robin des bois » avait été saluée par médias et Web, ses clients, eux, auraient interprété cette générosité comme une position politique tranchée et, selon le New York Times, préféré fuir. De son côté, le frère de Dan Price, cofondateur et actionnaire de Gravity Payments, a quitté son poste sans oublier d’attaquer le PDG en justice « pour désaccords dans la gestion » (il s’estime lésé d’une partie des bénéfices).

Mécontentement, jalousie et démission

Et si l’arrivée de nouvelles commandes aurait pu donner du baume au cœur au patron solidaire, les salaires mirobolants des nouveaux employés embauchés pour gérer ce surplus font fondre les bénéfices.

De nouveaux venus qui sont d’ailleurs loin de faire l’unanimité au sein de Gravity Payments où les tensions « salariales » font trembler murs et patron. A la suite des augmentations, mécontentement et jalousie ont, en effet, gagné l’open space, des salariés trouvant que certains de leurs collègues n’étaient pas méritants. La directrice financière de la société a même préféré démissionner.