Lorraine: En vacances, ils s'essaient aux aventures de Robinson Crusoé

NATURE Des vacanciers ont expérimenté la vie sauvage en pleine forêt, près d'un parc animalier, à Rhodes...

20 Minutes avec AFP

— 

Les stagiaires se sont formés à l'autonomie en milieu sauvage.
Les stagiaires se sont formés à l'autonomie en milieu sauvage. — FREDERICK FLORIN / AFP

Ils apprennent à confectionner des cordes en tiges d’orties ou des aiguilles en os de chevreuil : isolés dans une forêt lorraine, une douzaine de vacanciers ont participé cette semaine à un stage pour se former à l'« autonomie en milieu sauvage ». Contrairement à certaines émissions de téléréalité à succès, ici pas de compétition entre les participants. Mais des conditions de vie un peu spartiates : pour 450 euros les trois jours, les aventuriers dorment à la belle étoile, dans des hamacs entre les arbres, ou à même le sol, sur des peaux de bêtes autour du feu.

"Ce n’est pas de la survie, c’est la vie !"

« L’idée c’est de se réapproprier la nature, de découvrir qu’elle peut nous nourrir, nous soigner… Des choses que l’homme a complètement oubliées », résume Clément Leroux, le responsable communication du parc animalier de Sainte-Croix, à l’initiative de l’événement.

Pas d’électricité, pas d’eau courante, des toilettes sèches et une bâche en guise d’abri : « Ce n’est pas de la survie, c’est la vie ! », résume en souriant Leslie Cogan, 32 ans, une éducatrice de jeunes enfants venue du Jura. Pieds nus, un couteau glissé dans la ceinture, la jeune femme est très fière d’avoir appris à allumer un feu en frictionnant des morceaux de bois. « Je vais utiliser cette technique chez moi, pour allumer mon poêle », appuie Fabrice Gast, 31 ans, un herboriste alsacien qui dit se « nourrir » du contact avec la nature.

L'archéologue Kim Pasche. - FREDERICK FLORIN / AFP

Into the wild, ou presque

Pendant trois jours, les stagiaires sont pris en charge par Kim Pasche, 32 ans, un archéologue suisse spécialiste de la préhistoire, devenu trappeur dans le grand Nord canadien, où il vit l’essentiel de l’année. « Beaucoup de gens sont à la recherche de quelque chose de simple qui les rapproche de la nature », observe le formateur, qui maîtrise la taille des silex et montre volontiers à ses élèves quelques-unes de ses créations personnelles, comme une veste en cuir de caribou, cousue avec des tendons, ou des chaussures tressées en fibres de roseau. « Quand la nature n’est pas domestiquée, elle nous fait peur. Il faut changer de vision », insiste le trappeur.

Pas question, pour autant, de « lâcher » les participants de manière trop brutale Into the wild. Le titre du film de Sean Penn, sorti en 2007, qui retrace l’histoire vraie d’un jeune Américain parti vivre seul en Alaska, a été repris par les organisateurs du stage lorrain, comme un clin d’œil. Mais « il faut faire les choses par étapes, progressivement », insiste Kim Pasche, dont les élèves sont venus avec leurs vêtements et lampes frontales, et qui se font livrer chaque jour des repas complets.

Ils ont appris à faire les choses par étapes... - FREDERICK FLORIN / AFP

La meute de loups toute proche…

« Si on supprime d’un coup tous les éléments de la vie moderne et qu’on demande aux stagiaires de manger des vers, il est peu probable qu’ils auront ensuite une approche positive de la nature », observe le trappeur, qui récuse la vogue des « stages de survie » - lesquels « supposent l’idée que la nature est hostile ».

Le soir, les aventuriers discutent autour du feu ou partent dans l’obscurité observer dans son enclos la meute de loups du parc animalier tout proche. Au moment de revenir à la civilisation, plusieurs stagiaires disent avoir trouvé ces trois jours un peu courts. Stéphane Rohr, un infirmier de 43 ans : « Rien que pour tailler une aiguille en os, il faut déjà plus de deux heures ».