Guazzini lance un appel pour retrouver son chien: «Je n'ai pas d'enfants, Holy est comme ma fille»

APPEL « Dévasté », Max Guazzini, l’ancien président du Stade français a lancé plusieurs SOS sur les réseaux sociaux dont Twitter pour retrouver sa chienne, Holy...

R.L.

— 

Max Guazzini et Holy
Max Guazzini et Holy — Capture d'écran Twitter

Des vacances compliquées pour Max Guazzini. Déjà déçu, écrivait-il samedi sur Twitter, par sa « villa louée à Capbreton-Hossegor » : « Je n’envisage pas d’y rester quatre semaines comme prévu ! », précisait-il, l’ancien président du Stade français et de NRJ a perdu sa chienne - Holy, un beagle de trois ans - ce dimanche, relate le site Internet de Sud Ouest. Depuis, il ne cesse d’alimenter son compte Twitter entre SOS, optimisme, peur et rebondissements.

Contacté par 20 Minutes, Max Guazzini enrage contre le grillage de la résidence « qui est une véritable passoire ». « Les voisins ont vu qu’elle essayait de revenir mais elle a vite pris peur et s’est échappée dans la nature », ajoute-t-il. Max Guazzini ne compte toutefois pas baisser les bras. Et fera tout pour retrouver Holy.

« Une récompense d’au moins 1.000 euros »

« Dévasté », il a lancé plusieurs appels sur les réseaux sociaux dont Twitter. « Ma Holy perdue à Capbreton. Elle a un collier rose fushia. Forte récompense », promet le vice-président de la Ligue Nationale de Rugby, qui a même laissé un numéro de portable.

« Désespéré », il explique à 20 Minutes qu’il tente actuellement de « prévenir et d’alerter le maximum de monde » pour retrouver Holy, qui est pour lui, bien plus qu’un animal de compagnie. « Je n’ai pas d’enfants, Holy est comme ma fille », affirme-t-il, en précisant que la récompense sera d'« au moins 1.000 euros », pour celui ou celle qui la retrouvera

« Nous avons beaucoup d’appels de soutien »

Selon Sud Ouest, plusieurs personnes auraient aperçu le chien il y a deux jours dans le secteur de Labenne. Mais depuis, rien. « Nous avons beaucoup d’appels de soutien et malheureusement de canulars aussi en pleine nuit », déplore Max Guazzini qui va continuer d’alimenter son fil Twitter et placarder un maximum d’affiches dans la région.

Parfois, dans sa voix, la crainte supplante l’espoir : « Nous ne l’avons jamais promenée sans laisse et elle a toujours été près de nous. Elle n’est pas habituée à la nature… »