Chine: Cinq personnes arrêtées pour une sextape

VIRAL La police chinoise a arrêté cinq personnes après la diffusion sur les réseaux sociaux d'une vidéo montrant un jeune couple faisant l'amour dans une cabine d'essayage à Pékin...

J. H. avec AFP

— 

La sextape avait été tournée dans la cabine d'essayage de ce magasin d'habillement japonais.
La sextape avait été tournée dans la cabine d'essayage de ce magasin d'habillement japonais. — AFP PHOTO / FRED DUFOUR

La police avait ouvert une enquête pour diffusion de contenu pornographique, une infraction passible de deux ans de prison... Mercredi, la «sextape» d’un jeune couple tournée dans la cabine d'essayage d'un magasin de la chaîne d'habillement Uniqlo, à Sanlitun, quartier branché de Pékin, s'est répandue comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux et enflammée les internautes.

De nombreux jeunes gens ont pris des selfies devant la boutique, certains mimant des positions suggestives. Si le couple qui est apparu sur cette vidéo osée a été interpellé le jour-même, trois autres suspects ont été arrêtés depuis.

«Violant les valeurs fondamentales du socialisme»

L'Administration chinoise du cyberespace (CAC) avait dénoncé le film, «violant les valeurs fondamentales du socialisme», et réprimandé Sina Weibo et Tencent, les deux géants des réseaux sociaux chinois, ainsi que le très populaire service de messagerie instantanée WeChat

«L'enquête de police s'attache à répondre à deux questions: Qui a publié cette vidéo de mauvais goût et était-ce une entreprise de publicité déguisée de la part de l'entreprise ?», a indiqué la chaîne publique Beijing Television.

La riposte d'Uniqlo

Le groupe Uniqlo a, de son côté, publié un communiqué appelant sa clientèle à utiliser de façon appropriée ses cabines d'essayage, niant catégoriquement que la vidéo ait été tournée dans un objectif de promotion marketing.
Les autorités chinoises ont mis en place une censure très perfectionnée de l'internet, qui est expurgé des sites politiquement sensibles, afin que ne puisse s'organiser de dissidence. Twitter, YouTube et Facebook sont bloqués dans le pays, ainsi que de nombreux sites d'information.