VIDEO. Il tente de voler accroché à des ballons comme dans le film «Là-haut»

VIDEO Ce Canadien s’est accroché à quelque 120 ballons…

A.Ch.
— 
Un Canadien s'est envolé à l'aide de ballons d'hélium, comme dans le film
Un Canadien s'est envolé à l'aide de ballons d'hélium, comme dans le film — Capture d'écran

Il n’a pas accroché sa maison mais une simple chaise de camping à 20 dollars aux 120 ballons qui devaient le faire décoller. Et il a réussi son pari : un Canadien de la ville de Calgary a réussi à voler accroché à des ballons, comme dans le dessin animé Là-haut. Il lui a fallu pour cela se procurer des ballons de 1,80m de hauteur et les remplir d’hélium, ce qui lui a coûté la bagatelle de 12.000 dollars (environ 11.000 euros).

Daniel Boria voulait se poser au beau milieu du Stampede de Calgary, le grand rodéo qui se tient dans la ville canadienne chaque mois de juillet. Il est arrivé près de sa destination mais n’a pas pu atterrir aussi calmement qu’il l’aurait voulu : « Je suis monté à une certaine altitude et les vents ont commencé à être assez forts. Je bringuebalais sur ma chaise et j’avais l’impression qu’il faisait -30°C. J’ai vu le Stampede à terre et mon rêve s’est effondré », raconte-t-il.

Une cheville foulée et des ennuis avec la police

La Canadien a dû se libérer de sa chaise et s’est jeté dans le vide pour atterrir à environ 3 kilomètres de son objectif, se foulant la cheville au passage. Mais rien de plus grave : habitué à sauter en parachute, il avait préparé son coup pour minimiser les risques. La police de Calgary l’a néanmoins interpellé, pour avoir porté préjudice à la sécurité et à la propriété de tiers. La police considère en effet que la chaise de camping pouvait blesser des gens en tombant au sol. Daniel Boria pourrait aussi être poursuivi au niveau fédéral pour violation des règles de l’espace aérien.

Relâché ce lundi, il a déclaré qu’il s’attendait à se faire arrêter, mais estime « ne rien avoir fait de mal et n’avoir eu que des bonnes intentions ». Des intentions publicitaires en tout cas : le but de l’opération était de faire parler de son entreprise. « Vous pouvez dépenser le même montant pour faire de l’affichage publicitaire ou une pub télé, ou bien vous pouvez voler avec un ballon dans les airs et sauter. Ça paraît plus marrant, non ? », s’amuse le casse-cou.