Le photographe a capturé les larmes de ses amis

SCIENCES Un artiste néerlandais, également diplômé en analyse médicale de laboratoire, a eu l'idée de photographier, au microscrope, les larmes d'une vingtaine de ses amis. Le résultat est fascinant...

J. H.
— 
Nous avons chacun des larmes bien à nous (photo d'illustration)
Nous avons chacun des larmes bien à nous (photo d'illustration) — GABRIEL BOUYS / AFP

"La vraie beauté des larmes révélée au microscope." C'est avec ces quelques mots mêlant poésie des images et précision de la science que le site medium.com vient de diffuser une incroyable série de photographies réalisées par Maurice Mikkers, un artiste néerlandais. Le jeune homme a entrepris de demander à une vingtaine de ses proches amis de pleurer devant lui pour récupérer chaque goutte, attendre qu'elles se cristallisent, les analyser, et les immortaliser.

#TEDxAms photographer @MauriceMikkers finds beauty in our tears. #Mustsee microscopic images: http://t.co/oXELJ8h3mN pic.twitter.com/SlSJoFWllp
— TEDxAmsterdam (@TEDxAms) 4 Juillet 2015

Du sel cristallisé

L'expérience a révélé qu'aucune larme ne se ressemble. Leurs viscosité et composition moléculaire diffèrent d'un individu à l'autre mais pas seulement ! La composition d'une larme varie: versée dans un moment d'émotion, elle est plus riche en protéine qu'une larme coulant d'une simple irritation aux yeux, par exemple.
"Les structures visibles sont pour l'essentiel du sel cristallisé", explique le photographe, par ailleurs diplômé d'université, en analyse médicale de laboratoire. Et pour cause: le liquide lacrymal est essentiellement composé de chlorure de sodium qui lui donne ce goût salé.

The Beautiful Secrets of Tears @Gizmodo Revealed By #Microscopy @MauriceMikkers http://t.co/fDEQIihFjK #sciart pic.twitter.com/Nm9PkM22O6
— ZEISS Microscopy (@zeiss_micro) 4 Juillet 2015

"Je leur ai demandé de choisir"

Il a donc sollicité ses amis pour mener à bien ce projet. "Je leur ai demandé de choisir la façon dont ils aimeraient pleurer. Les options que je leur avais laissées: couper des oignons, manger des piments, regarder de près un ventilateur, ou pleurer naturellement; de tristesse ou de bonheur", détaille-t-il. Le résultat ? "Les larmes sont belles à regarder", reconnaît Maurice Mikkers. Sa série de clichés a été relayées sur différents sites internet de par le monde depuis. Il compile chaque publication sur son compte Twitter.