Des petits-pois dans le guacamole, le scandale qui déchire l’Amérique

RECETTE Le guacamole a trouvé un bon avocat en la personne de Barack Obama…

A.Ch.

— 

La recette qui a déclenché la tempête.
La recette qui a déclenché la tempête. — Twitter @nytimes

Le guacamole-gate va-t-il renverser le New York Times ? Ce mercredi, le célèbre quotidien américain a innocemment posté une recette de guacamole en suggérant d’y ajouter des petits pois frais. Sans se douter que cette offense à la recette traditionnelle, dans laquelle nul petit pois ne vient semer le trouble dans l’avocat écrasé, allait remuer les Etats-Unis jusqu’à faire réagir la Maison Blanche.

L’honneur texan blessé

Les réactions indignées ne se sont pas fait attendre. Touchés dans leur fierté locale, les Républicains du Texas, voisin du Mexique dont est originaire le guacamole, ont été les premiers à réagir. « Le New York Times a déclaré la guerre au Texas en suggérant d’ajouter des petits pois au guacamole », écrit le parti.


Jeb Bush, candidat à la primaire des Républicains à la présidentielle américaine de 2016, a lui aussi fait part de son indignation. « On ne met pas de petits pois dans le guacamole », a-t-il tonné sur Twitter.

Obama n’aime pas les petits-pois

L’affaire a vite enflé pour monter jusqu’à Washington. Lors d’une séance de questions/réponses organisée sur le réseau social, Barack Obama lui-même s’est indigné dans un tweet. « Je respecte le New York Times, mais je ne mettrais pas de petits pois dans le guacamole. Oignons, ail, piments. Classique », écrit le président des Etats-Unis, grand fan de la purée d’avocat.

Le débat déchire toujours les Etats-Unis : faut-il bannir les petits pois du guacamole ou leur donner une chance ? Une question cruciale à quelques jours des barbecues du 4 juillet, jour de fête nationale aux Etats-Unis.

Mots-clés :