Japon: On pleure Tama, le chat devenu chef de gare

ANIMAUX Elle attirait chaque année des dizaines de milliers de touristes...

A.B. avec AFP

— 

La petite chatte Tama était devenue chef de gare au Japon, pour la plus grande joie des touristes.
La petite chatte Tama était devenue chef de gare au Japon, pour la plus grande joie des touristes. — T.YAMANAKA / AFP

Tama n'est plus. Le chat, qui officiait comme chef de gare dans une minuscule localité japonaise à la grande joie des milliers de touristes qui venaient l’y voir, est mort, a annoncé jeudi un porte-parole des chemins de fers.

Une gare sauvée grâce à elle

Petite chatte tricolore, Tama est réputée avoir sauvé à elle seule d’une mort certaine la ligne ferroviaire reculée de Kishigawa, après sa « nomination » en tant que chef de la minuscule gare de Kishigawa, dans la province occidentale de Wakayama au Japon. Elevée avec un groupe de chats qui avait ses habitudes à proximité de la gare, elle était régulièrement nourrie par les passagers et par l'ancien chef de gare Toshiko Koyama.

L’entreprise ferroviaire régionale, Wakayama Electric Railway, déficitaire, avait perdu son dernier employé humain en avril 2006. Mais la nomination comme chef de gare honorifique de Tama a rapidement ravi les usagers. Le bouche-à-oreille, ainsi que les médias, ont fait une star de l’animal, qui avait l’habitude de parcourir les quais le képi vissé sur la tête.

Une superstar du tourisme

D’après une étude, pour la seule année 2007, la présence du « cheminou » a augmenté de 55.000 le nombre de voyageurs empruntant la ligne Kishigaza, injectant 1,1 milliard de yens (7,9 millions d’euros) dans l’économie locale.

Le chat est mort lundi des suites d’une maladie à l’âge de 16 ans, a précisé une porte-parole de Wakayama Electric. « Elle avait depuis un mois une infection des sinus et était soignée par son propriétaire. Mais lorsque nous lui avons rendu visite avec le président de l’entreprise la veille de sa mort, elle s’est levée et a miaulé comme si elle le suppliait de la prendre dans ses bras ».

Le gouverneur provincial Yoshinobu Nisaka, figure parmi ceux qui ont présenté leurs condoléances. Tama était « très populaire au Japon comme à l’étranger, c’était une superstar du tourisme. En apprenant son décès, j’exprime mon profond chagrin et mon énorme gratitude », a-t-il dit. La compagnie ferroviaire a prévu des funérailles dimanche dans la petite gare dont elle a transformé la destinée.