Les Japonaises vont enfin avoir le droit de danser après minuit

DANCEFLOOR L’interdiction était entrée en vigueur depuis la fin de la Seconde guerre mondiale…

A.B.

— 

Les Japonais vont enfin avoir le droit de danser après minuit.
Les Japonais vont enfin avoir le droit de danser après minuit. — Y.TSUNO / AFP

Ça se fête. Les Japonais vont enfin pouvoir danser jusqu’au bout de la nuit. Les autorités viennent en effet de revenir sur une vieille interdiction qui les privait de discothèque après minuit.

Lutter contre la prostitution

En club, dans un bar ou même dans la rue, la loi interdisait expressément de danser en public après minuit. Objectif de la mesure entrée en vigueur au lendemain de la Seconde guerre mondiale : éviter que la jeunesse nipponne se dévergonde lutter contre la prostitution au pays du Soleil levant, alors sous occupation américaine.

Malgré la loi interdisant depuis 1948 de danser après minuit, les autorités faisaient toutefois preuve de clémence depuis belle lurette vis-à-vis de cette mesure enfreinte à de très nombreuses reprises. Avec à la clé depuis les années soixante une multiplication du nombre de discothèques. Toutefois, une vague de répression a déferlé après la mort d’une étudiante de 22 ans en 2010, après une bagarre dans un club d’Osaka. Résultat : la majorité des clubs de la ville ont été fermés.

Promouvoir le développement culturel et plaire aux touristes

Dans le même temps, cette interdiction de danser après minuit a fait l’objet de vives critiques de la part de l’industrie de la danse et de la musique. Une colère relayée par des parlementaires, qui ont jugé cette loi d’un autre temps et contraire à la volonté du gouvernement de promouvoir le développement culturel de l’archipel.

Aujourd’hui, si le pays passe d’une simple tolérance à la fin de l’interdiction, c’est aussi pour une question d’image et de gros sous. A l’approche des Jeux olympiques d’été, que le Japon accueillera en 2020, il ne faudrait pas donner aux touristes l’image d’un pays qui ne sait pas faire la fête. Le nouveau texte prendra effet en juin 2016. Dès lors, danser après minuit sera permis, à condition les clubs respectent une luminosité équivalant à celle des salles de cinéma avant la projection.

Si le Japon vient enfin d’autoriser ses habitants à se déhancher jusqu’à pas d’heure sur le dancefloor, les Suédois n’ont pas cette chance. Pourtant progressiste, le pays scandinave dispose lui aussi d’une mesure interdisant la « danse spontanée » aux établissements ne disposant pas d’une dérogation spéciale.