VIDEO. Australie: Une femme se retrouve à l'hôpital à cause d'un jean slim

SANTE La jeune femme a dû se traîner sur le bord de la route pour prendre un taxi et arriver à l’hôpital…

20 Minutes avec agence

— 

Une femme portant un jean slim lors d'un défilé de la Fashion Week de Londres en 2013
Une femme portant un jean slim lors d'un défilé de la Fashion Week de Londres en 2013 — Alastair Grant/AP

Incontournable de notre garde-robe, le jean slim, tendance depuis plusieurs années déjà, serait tout sauf votre ami. C’est le constat étonnant d’une étude publié ce mardi dans la revue Journal of Neurology & Psychiatry, qui rapporte le cas d’une Australienne de 35 ans, qui s’est retrouvée hospitalisée à cause de son jean.

Alors qu’elle aidait, la veille, un ami à déménager, la trentenaire avait perdu toute sensation dans ses deux chevilles. Accroupie pendant de nombreuses heures pour vider les armoires, la jeune femme portait ce jour-là un jean slim, très serré et pour le moins inconfortable. Au fil de la journée, celle-ci a commencé à se sentir de plus en plus mal à l’aise dans son pantalon, jusqu’à ce que ses jambes s’engourdissent et qu’elle s’effondre. Selon Slate, la jeune femme, qui s’est traînée sur le bord de la route pour prendre un taxi, a « passé plusieurs heures au sol avant qu’on ne la retrouve ».

Quatre jours pour recouvrer l’usage de ses jambes

Les médecins du Royal Adelaide Hospital ont alors dû découper le jean de la jeune femme pour faire circuler le sang à nouveau dans ses jambes. Il faudra pas moins de quatre jours pour soigner les dommages infligés à ses nerfs et lui permettre de recouvrer l’usage de ses jambes. Sans traitement, les nerfs de la patiente auraient pu être sérieusement abîmés, affectant sa capacité à marcher et entraîner des problèmes de rein précise Slate.

Une précédente étude avait pointé du doigt les dangers du jean slim

Malgré cette malheureuse histoire, le Dr Thomas Kimber, auteur de l’étude, se veut rassurant. Cité par Metronews, il explique que c’est l’association du jean trop serré et de la position accroupie qui a causé l’hospitalisation de la patiente : « La position accroupie a comprimé les nerfs sciatiques poplités externes dans la jambe et réduit la circulation du sang vers les muscles du mollet. Lesquels mollets ont commencé à gonfler, privant à leur tour les nerfs sciatiques poplités internes de sang et ainsi de suite ».

A noter qu’une précédente étude, datant de 2009, avait déjà mis en lumière les effets néfastes de ce type de jean, révélant qu’il pouvait favoriser le développement de la meralgia paresthetica, un trouble entraînant des problèmes nerveux aux cuisses.