Ecouter du heavy metal, c'est bon pour les nerfs et ça calme

HARD Une étude australienne démontre que plutôt qu’inciter à la colère ou à la violence, écouter du metal ou du hardcore est un « moyen sain de gérer sa colère »...

A.B.

— 

Le Sonisphère Festival a eu lieu pour la première fois en France. Il s’est installé le 8 et 9 juillet à Amnévile et a accueilli quatre grands du métal : Metallica, Slayer, Anthrax et Megadeth.
Sur la photo : Le bassiste, Robert Trujillo et le chanteur, James Hetfield, du groupe Metallica.
Le Sonisphère Festival a eu lieu pour la première fois en France. Il s’est installé le 8 et 9 juillet à Amnévile et a accueilli quatre grands du métal : Metallica, Slayer, Anthrax et Megadeth. Sur la photo : Le bassiste, Robert Trujillo et le chanteur, James Hetfield, du groupe Metallica. — EMILE POL / SIPA

Au bord de péter un câble ? Envie de tout casser ? C’est peut-être le moment de se détendre en écoutant un peu de musique. Après tout, c’est bien connu, elle adoucit les mœurs. Mais pas n’importe quelle musique. Gardez Mozart et Ravi Shankar pour plus tard, et passez-vous un bon Metallica, ça vous calmera, c’est scientifiquement prouvé. Des chercheurs de l’université du Queensland en Australie ont en effet découvert qu’écouter des « musiques extrêmes » aurait des vertus apaisantes et aiderait à « gérer sa colère ».

Réguler la tristesse et générer des émotions positives

L’étude, publiée dans la revue Frontiers in Human Neuroscience, a été réalisée sur un panel de 39 personnes âgées de 18 à 34 ans qui écoutent régulièrement du heavy metal, hardcore et autres musiques punk ou « extrêmes ». Parmi eux, point d’adorateurs de satan ou de tueurs de petits animaux, contrairement aux idées reçues, mais des gens calmes et sans doute plus zen que la moyenne. « Nous avons découvert que ce type de musiques régulait la tristesse et engendrait des émotions positives », révèlent Leah Sharman et le Dr Genevieve Dingle, auteurs de l’étude.

En pratique, les 39 participants ont d’abord été soumis à des sources d’énervement et de colère, notamment après avoir évoqué des sujets tels que l’argent, le travail ou encore le couple. Avant d’écouter une musique de leur choix, « un truc qui envoie du pâté ». Et les résultats sont clairs : « La moitié des chansons choisies par les participants parlaient de colère, d’agressivité et dans une moindre mesure, de tristesse et de solitude », note Leah Sharman. Pourtant, « les niveaux d’hostilité, d’irritabilité et de stress décroissent dès lors qu’ils écoutent ces musiques ».

Au prochain craquage, Iron Maiden, Motörhead ou Lordi seront vos nouveaux alliés.