A 102 ans, elle reçoit le doctorat dont l'ont privée les nazis

INSOLITE Ingeborg Syllm-Rapoport avait été empêchée en 1938 de passer son doctorat en raison de ses origines juives...

20 Minutes avec AFP

— 

Un amphithéâtre dans une université en France
Un amphithéâtre dans une université en France — Joel Saget AFP

La pédiatre allemande Ingeborg Syllm-Rapoport, 102 ans, a officiellement reçu ce mardi son doctorat, après en avoir été empêchée en 1938 par les nazis en raison de ses origines juives, selon la clinique universitaire de Hambourg (nord).

« Ingeborg Syllm-Rapoport a solennellement reçu aujourd’hui son diplôme à la clinique universitaire de Hambourg-Eppendorf (UKE) », a indiqué cette institution dans un communiqué, estimant que l’intéressée était « probablement la plus âgée du monde » à se voir décerner un doctorat.

Ingeborg Syllm-Rapoport avait étudié la médecine à Hambourg, travaillé en tant que médecin-assistant à l’Hôpital israélite de la ville en 1937 et 1938, période au cours de laquelle elle rédigea sa thèse de doctorat consacrée à la diphtérie.

Oral en mai

Mais elle ne put jamais soutenir sa thèse et donc obtenir son doctorat car les autorités universitaires national-socialistes, « en application des lois raciales en vigueur », l’en empêchèrent « du fait de ses origines juives », a expliqué l’UKE.

Le 15 mai dernier, à 102 ans, elle avait donc passé avec succès cet oral devant un jury de trois professeurs venus spécialement de Hambourg pour se rendre dans son appartement berlinois.

« Après environ 80 ans, nous sommes enfin parvenus (…) à rétablir un petit peu de justice, cela nous remplit de satisfaction », a déclaré le président du conseil d’administration de l’UKE, Burkhard Göke, pendant la cérémonie de remise de diplôme.

Chaire en néonatologie

Née en 1912, elle a réussi à émigrer en 1938 aux Etats-Unis. Elle y est devenue pédiatre et y a rencontré son futur mari, Samuel Mitja Rapoport (mort en 2004), avec lequel elle a eu quatre enfants.

En 1952, tandis que le sénateur Joseph McCarthy entretient un climat de « chasse aux sorcières » contre tout sympathisant éventuel du bloc soviétique, cette communiste convaincue, comme son mari, revient en Allemagne, côté RDA.

En 1969, Ingeborg Syllm-Rapoport y fonde, au sein de l’hôpital berlinois de la Charité, la première chaire de néonatalogie en Allemagne. Aujourd’hui, elle vit toujours dans son appartement de l’ex-Berlin Est, dans un quartier jadis réservé aux artistes et aux intellectuels que le régime souhaitait privilégier.