Un candidat à l’agrégation triche avec sa montre connectée

GRILLÉ Le président du jury 2015 a mis en garde contre d’éventuelles fraudes lors des oraux qui débutent dans quelques jours…

C.C.M

— 

Les montres connectées présentent un risque de triche que les universités prennent désormais en compte.
Les montres connectées présentent un risque de triche que les universités prennent désormais en compte. — GARMIN

Pris en flagrant délit de triche… avec sa montre connectée. Un candidat de l’agrégation externe de mathématiques a été exclu du concours après avoir été surpris en train d’utiliser une montre connectée lors des épreuves écrites qui ont eu lieu en mars.

C’est le président du jury de la session 2015 qui a annoncé cette histoire de fraude, repérée par Ouest-France. Le tricheur a utilisé sa montre connectée dans laquelle se trouvaient des documents mathématiques au format PDF, ce qui a fait vivement réagir des enseignants sur Neoprofs.org. On pouvait ainsi lire sur le réseau social des commentaires comme « Si on ne maîtrise pas le programme, ce n’est pas pouvoir y accéder en ligne durant l’épreuve qui va aider ! », ou encore « C’est complètement inutile pour un candidat susceptible d’être admissible… ».

Un risque de sanctions pénales

Le président du jury a prévenu dans un communiqué ceux qui seraient tentés de faire de même : « Le jury sera d’une extrême sévérité à l’égard de tout candidat qui tenterait de frauder lors des épreuves orales », qui se tiendront du 18 juin au 3 août.

Les règles des examens et concours prennent en compte les avances technologiques et spécifient bien que « lusage et la détention dappareils électroniques et numériques comme des stylos caméra, des montres connectées » est interdit durant les épreuves.

Outre des mesures disciplinaires, des sanctions pénales sont encourues si la fraude est avérée. En Angleterre, certaines universités ont pris le parti de bannir purement et simplement les montres connectées de leurs classes.