VIDEO. Au Japon, un quart des hommes trentenaires sont puceaux

SEXUALITE Le phénomène s'expliquerait en premier lieu par l'économie...

N.Beu. avec AFP

— 

Un homme à Tokyo, au Japon, le 17 décembre 2014.
Un homme à Tokyo, au Japon, le 17 décembre 2014. — Eugene Hoshiko/AP/SIPA

Contrairement à ce que pourraient laisser penser les karaokés olé olé et les mangas érotiques, la vie sexuelle des Japonais se distingue par une activité moindre par rapport à d’autres pays industrialisés. Ainsi, selon l’Institut national de recherche sur la population, un quart des hommes trentenaires seraient vierges au Japon, soit une progression de 3 % entre 1992 et 2010.

A titre de comparaison, les jeunes Européens sont beaucoup plus nombreux à avoir franchi le pas au même âge, selon un sondage réalisé la même année par le fabricant de préservatifs Durex : plus de 80 % des Allemands, par exemple. La situation des femmes est légèrement différente : la proportion de Japonaises trentenaires qui ont gardé leur virginité a sensiblement diminué depuis 1992 (25 % en 2010 contre plus de 40 % en 1992).

Un tabou dans la société

Comme pour maints phénomènes sociologiques au Japon, les chercheurs en scrutent d’abord la cause dans l’économie. L’explication résiderait dans les « deux décennies perdues » après l’éclatement de la bulle financière au début des années 1990. « Beaucoup d’hommes japonais semblent avoir perdu leur confiance sexuelle avec l’émasculation économique », avance Yoko Itamoto, une spécialiste du marché matrimonial au Japon. « Ces vingt dernières années, la situation a été très difficile, très compétitive, pour eux », confrontés à des emplois précaires, rappelle Itamoto.

Un autre expert, Shingo Sakatsume, relève un paradoxe contemporain : le sexe est partout au Japon, dans la rue, à la télé, dans les mangas, mais il est malvenu d’en parler sérieusement. « Actuellement, il n’y a nulle part au Japon où apprendre la sexualité et comment bâtir une relation amoureuse ou comment se marier », déplore Sakatsume.