VIDEO. Michael Enright, l'acteur passé de «Pirates des Caraïbes» au combat contre Daesh

TERRORISME L’acteur britannique a quitté Hollywood pour partir se battre aux côtés des Kurdes…

N.Beu.

— 

L'acteur britannique Michael Enright en Syrie, sur des images de la chaîne Al-Aan, en mai 2015.
L'acteur britannique Michael Enright en Syrie, sur des images de la chaîne Al-Aan, en mai 2015. — AL-AAN

Il a joué avec Tom Cruise dans Night and Day, fait une apparition dans Pirates des Caraïbes 2 et croisé Robin Williams dans l’un de ses derniers films. Il a également écumé les plateaux des séries télé, d’Esprits criminels à Castle. Et puis Michael Enright a tout plaqué il y a deux mois. Direction la Syrie, pour combattre Daesh.

« Si je meurs, je meurs »

La chaîne du Golfe Al-Aan et le Daily Mail l’ont retrouvé et interrogé pour comprendre ce qui a poussé cet acteur britannique de 51 ans à quitter le confort de Hollywood pour l’enclave de Rojava, dans le Kurdistan syrien. Enright raconte ainsi ses chocs à répétition devant sa télévision. « Le plus grand regret de ma vie était de ne pas être allé en Afghanistan après les attentats du 11-Septembre. Les vidéos de décapitation ont fait ressurgir les mêmes sentiments, et un vrai sens du devoir envers l’Amérique », explique celui qui s'est installé à 19 ans aux Etats-Unis. Un détail l’a touché « personnellement, très personnellement » : l’implication dans ces exécutions d’un bourreau anglais, Jihadi John.

Retrouvez la vidéo originale en cliquant ici.

Il a alors contacté de lui-même les combattants kurdes, les YPG, via Facebook, et ceux-ci ont programmé son arrivée dans le Kurdistan irakien, d’abord. Enright a fait sa valise, sans prévenir ses proches ni sa famille, de crainte de les voir tenter de le dissuader de partir. Sur place, pourtant, tout ne s’est pas déroulé comme prévu. Arrivé à Souleimaniye, l’ex-acteur a la surprise de ne pas trouver son contact. Sans connaissance du terrain, il rappelle les Kurdes, puis rejoint leur camp secret dans les montagnes. Son entraînement militaire peut commencer.

Deux mois plus tard, Enright raconte qu’il est « prêt à mourir » pour combattre Daesh. « Je suis venu pour me battre. Si je meurs, je meurs. » Une détermination qu’il tire de sa haine des terroristes. « L’Etat islamique doit être éradiqué. C’est une tache sur l’humanité », lance-t-il ainsi. Et tant pis pour Pirates des Caraïbes 5. « Je suis très heureux d’être là, de faire quelque chose qui restera après moi », se réjouit-il.