Devenez propriétaire pour 1 euro/m² dans le Finistère

IMMOBILIER La commune de Berrien cherche à attirer des familles pour forcer l’Etat à reconsidérer sa décision d’y supprimer une classe...

N.Beu.

— 

Vue de Berrien, dans le Finistère (place du 19-Mars 1962).
Vue de Berrien, dans le Finistère (place du 19-Mars 1962). — GOOGLE MAPS

La commune de Berrien est en guerre. Après avoir appris qu’une classe devrait fermer à la rentrée, le maire et une partie de la population de ce village finistérien de 987 habitants ont décidé de se mobiliser pour redynamiser la démographie de leur territoire, raconte Le Télégramme. Dernièrement, le conseil municipal a ainsi pris l’initiative de vendre dix terrains viabilisés et constructibles à 1 euro/m² (800 m² en moyenne), contre 9,50 euros normalement.

Médiathèque-ludothèque, aire de jeux multisports et maison d’assistantes maternelles

Les élus espèrent en fait que le lotissement communal de Liorz an ti, qui jouxte l’école, attirera de nouveaux habitants et accueillera des familles dont les enfants pourront être scolarisés en maternelle et en primaire. Un pari qui n’est pas une première, précise Le Télégramme. Deux communes du Calvados et du Cantal l’ont fait avec succès récemment, tandis que plus près de Berrien, la commune du Moustoir, dans les Côtes-d’Armor, avait déjà tenté le coup dans les années 80.

Berrien a de quoi attirer les familles. Malgré ses moyens limités, elle dispose « d’une salle multifonctions, d’un centre de loisirs, d’une médiathèque-ludothèque, d’une aire de jeux multisports ou encore d’une maison d’assistantes maternelles, qui s’installera, l’an prochain, dans un bâtiment neuf permettant d’accueillir jusqu’à 16 enfants », indique Le Télégramme. Les parents pourraient également la doter à la rentrée d’une classe sauvage avec des enseignants retraités, pour s’occuper des élèves lésés par la suppression annoncée de la classe.