Un ancien Résistant obtient la légion d'honneur grâce à un adolescent

MÉMOIRE Nicolas Lenoir a échangé des lettres et des coups de téléphone avec l’Elysée pendant deux ans...

T.L.G.

— 

Légion d'honneur, illustration
Légion d'honneur, illustration — ADALBERTO ROQUE / AFP

Un combat de générations. Vendredi, Nicolas Vermandel, 89 ans, Résistant et ancien combattant de la guerre 1939-45, a été proclamé chevalier dans l’Ordre de la Légion d’honneur, plus haute distinction française. Une reconnaissance obtenue grâce à l’acharnement d’un jeune garçon de 16 ans.

« Lorsqu’il évoquait son passé, il pleurait »

En 2013, Nicolas Lenoir reçoit la visite du Résistant dans son collège d’Aramon (Gard). Le passionné d’histoire admire le récit du vieil homme. « Lorsqu’il évoquait son passé, il avait la gorge serrée. Il pleurait même. Il nous rapportait quelle colère, quelle tristesse aussi, il avait ressenti lorsque le gouvernement de Vichy, porté par Pétain, avait demandé à la France de se soumettre à l’armée allemande. Il était révolté de ne voir aucune résistance s’y opposer », raconte l’adolescent, dans La Provence.

« J’admire ce courage, toutes ces personnes qui ont combattu pour notre pays. J’imagine la peur qu’elles pouvaient avoir, moi qui ai presque l’âge qu’ils avaient lorsqu’ils partaient au combat. Je me demande ce que serait devenue la France, s’ils ne l’avaient pas fait ».

A la fin de l’exposé, il interroge son professeur. « A-t-il eu la Légion d’honneur ? » « Non » répond l’enseignant. Nicolas tombe des nues. Pendant deux ans, il échange des lettres et des coups de téléphone avec l’Elysée. 70 ans après la fin des combats, Nicolas Vermandel est récompensé. L’ancien combattant, très affaibli, souffre aujourd’hui de la maladie d’Alzheimer. En apprenant la nouvelle depuis sa maison de retraite, le vieil homme se serait mis a pleuré.