VIDEO. Boxe charité: Mitt Romney tient deux reprises face à Evander Holyfield

ETATS-UNIS Le combat devrait permettre à Charity Vision, une association venant en aide aux mal-voyants et non-voyants, de recueillir un million de dollars...

M.C. avec AFP

— 

Combat de boxe de charité entre Holyfield et Romney, à Salt Lake City, le 15 mai 2015. Lancer le diaporama
Combat de boxe de charité entre Holyfield et Romney, à Salt Lake City, le 15 mai 2015. — Rick Bowmer/AP/SIPA

L'événement était presque aussi attendu que le choc Mayweather-Pacquiao. A 68 ans, Mitt Romney, ancien candidat à la Maison blanche, a fait ses débuts sur un ring de boxe vendredi à Salt Lake City (Utah) où il s'est incliné face à Evander Holyfield dans un combat de charité.

Romney, candidat républicain battu par l'actuel président américain, Barack Obama, en 2012, a vendu chèrement sa peau dans ce combat qui devrait permettre à Charity Vision, une association venant en aide aux mal-voyants et non-voyants, de recueillir un million de dollars. A la 2e reprise, il a envoyé au tapis d'une droite Holyfield, l'ancienne terreur des lourds se jetant à terre avant même d'être touché par le coup de son adversaire.

 
- Kristin Murphy/AP/SIPA

 

«Tu as volé comme une guêpe et piqué comme un papillon»

L'ancien gouverneur du Massaschussets était entré sur le ring à la manière des boxeurs professionnels sur la musique du tube disco de Donna Summer, I Will Survive.

A l'issue du combat, Holyfield, 52 ans, a glissé à son adversaire «Tu as volé comme une guêpe et piqué comme un papillon», une déformation de la phrase célèbre du légendaire Mohamed Ali dont le crédo était «voler comme un papillon, piquer comme une guêpe».

 
- Kristin Murphy/AP/SIPA

 

Romney avait présenté ce combat dans une vidéo publiée sur le site internet de l'association Charity Vision, comme une façon de prendre sa revanche sur ce qu'il a enduré durant sa carrière politique. «Pendant des années, j'ai écouté tout le mal qu'on disait de moi et j'ai décidé de répondre en affrontant un ancien champion du monde des lourds», a lancé un Romney, impeccable dans son costume mais soulevant péniblement des haltères.