À la recherche du vol MH370, ils tombent sur une épave

OCÉAN INDIEN Le sonar d'un bateau de recherche a mis en évidence la carcasse d'un bateau marchand...

L.C.
— 
Un navire de recherche australien chargé de repérer des traces du vol MH370 disparu le 8 mars 2014.
Un navire de recherche australien chargé de repérer des traces du vol MH370 disparu le 8 mars 2014. — Lt. Kelli Lunt/AP/SIPA

Les recherches se poursuivent dans l’océan Indien pour tenter de repérer une trace du Boeing 777 qui a disparu le 8 mars 2014 avec 239 personnes à bord.

Le vol 370 Malaysia Airlines devait relier Kuala Lumpur et Pékin. Malgré des recherches menées par des équipes internationales, aucune trace de l’avion n’a été retrouvée à ce jour. Les équipes de recherche ont tout de même fait une découverte inattendue, à l’ouest de l’Australie.

L’épave d’un navire du XIXe siècle

Un amas d’objets a été repéré par le sonar d’un bateau de recherche et un robot sous-marin a été envoyé à 4 km de profondeur. Il s’avère que ces débris sont ceux d’un navire, selon le département des transports de l’Australie, qui a publié un communiqué mercredi.

#MH370 Operational Update : 13 May 2015. The underwater search has discovered an apparent shipwreck. http://t.co/HLDKrdDM88
— ATSB (@atsbinfo) 13 Mai 2015

 

Des archéologues vont tenter d’identifier le bateau en examinant les photos prises par le robot sous-marin. Il s’agirait d’un navire de transport marchand construit au milieu ou à la fin du XIXe siècle, selon l’archéologue Michael McCarthy. À cette époque, les naufrages étaient fréquents dans cette région, à cause de la mauvaise météo et de l’état des bateaux.

« C’est une découverte fascinante, mais ce n’est pas ce que nous cherchons », a déclaré Peter Foley, en charge des recherches du vol MH370 dans les eaux australiennes. Son équipe poursuit son travail.

Des responsables de Malaisie, d’Australie et de Chine ont annoncé que la zone de recherche serait étendue de 60.000 km carrés supplémentaires si les secours ne trouvaient rien de nouveau d’ici la fin du moi de mai. Les équipes de recherche ont déjà ratissé 75 % de la zone de recherche actuelle.