Royal baby: Un zoo japonais critiqué après avoir nommé un bébé singe «Charlotte»

JAPON Le prénom a emporté les suffrages du public, mais soulevé beaucoup de protestations...

M.C.

— 

Un singe se baigne dans une source chaude au Japon.
Un singe se baigne dans une source chaude au Japon. — SOLENT NEWS/SIPA

La démocratie avait parlé. Suivant la tradition, le public avait voté pour choisir le nom d’un macaque du Japon, le premier né cette année au zoo de Takasakiyama, au Sud-Ouest de l’Archipel nippon. Avec 59 suffrages sur 853, c’est Charlotte qui l’avait emporté, en l’honneur de la princesse britannique née le 2 mai.

La fille du prince William et de Kate Middleton avait nettement devancé «Kei», comme Kei Nishikori, l’étoile du tennis nippon, et «Elsa», encore une princesse, issue du dessin animé La Reine des neiges, qui a battu des records d’entrées au Japon.

Et si un singe britannique portait le prénom d’un membre de la famille impériale?

La famille royale britannique est très populaire au Japon, et les intentions des votants étaient sans doute pures. Mais les responsables du parc animalier ont de sérieux doutes: le peuple souverain, qui avait clairement manifesté sa décision par les urnes, s’est aussi manifesté par téléphone et par e-mail, et en nombre bien supérieur: le zoo aurait reçu 300 appels et messages le priant de renoncer à Charlotte.

«Que penseraient les Japonais si un singe britannique portait le prénom d’un membre de la famille impériale nippone?», «C’est irrespectueux envers le Royaume-Uni. Vous devez changer le nom!», se sont alarmés les sceptiques.

Le Mainichi Shimbun signale que par le passé, des singes du même zoo ont été prénommés en l'honneur de célébrités: Yutaro comme le fils d’une chanteuse célèbre, Kazu, du nom de la légende du football japonais Kazuyoshi Miura, ou encore Sotchi l’an dernier pour célébrer la ville des Jeux olympiques. Mais les responsables du zoo envisagent cette fois de faire marche arrière. Selon la BBC, ils auraient présenté leurs excuses sur le site du parc animalier, qui était inaccessible ce matin. L’ambassade britannique au Japon, elle, n’a pas souhaité faire de commentaire.